RTBFPasser au contenu

Societe

Textile, pots de yaourts, bouteilles de shampooing… 100% recyclable ne veut pas dire 100% recyclé

Textile, pots de yaourts, bouteilles de shampooing… 100% recyclable ne veut pas dire 100% recyclé
21 nov. 2021 à 16:20 - mise à jour 22 nov. 2021 à 11:024 min
Par Marie Michiels

À l’occasion de la Semaine européenne de la réduction des déchets, il peut être bon de rappeler que certains déchets, même s’ils ont pour propriété d’être recyclables, ne seront peut-être pas recyclés et réutilisables, et ce pour différentes raisons. Petit tour d’horizon avec l’association Zero Waste Belgium, qui s’est fixée pour mission de partager les pratiques zéro déchet et zéro gaspillage dans la vie de tous les jours auprès des citoyens, des entreprises et des pouvoirs publics.

Trop peu de filières pour exploiter les textiles recyclés

Dans l’absolu les textiles sont recyclables. Mais en termes de débouchés économiques, de filières existantes pour développer ces textiles recyclés, c’est très pauvre.

En effet, la fibre recyclée est difficilement exploitable, explique Marc Sautelet, chef de projet chez Zero Waste Belgium, car "les fibres se dégradent avec le temps. On parle de processus de décyclage car à chaque étape de recyclage, on obtient un produit de moindre qualité. Au bout d’un moment la fibre devient de plus en plus courte et on ne peut plus tresser de vêtements avec, par exemple".

Or les textiles sont l’un des facteurs les plus impactants en matière d’émission de CO2 et de production de déchets.

Les emballages multi-composites n’intéressent pas les sociétés de recyclage

Par emballages multi-composites, on entend les sachets de compote pour enfants, par exemple. Ou bien les emballages de yaourts qui sont composés de plusieurs matières différentes type plastique et aluminium, ou bien encore les emballages de chips type Pringles qui mêlent plastique, carton et aluminium.

Un produit de ce type pourtant déposé dans un sac bleu PMC ne sera pas recyclé, "ça va passer au rebut", précise Marc Sautelet. Parce qu’aujourd’hui il n’existe pas de filière de recyclage chez nous prête à séparer ces matières imbriquées l’une dans l’autre, ou bien intéressée financièrement par le fait de développer un système de recyclage adapté (car les quantités de ces déchets ne sont pas forcément assez importantes pour que leur recyclage devienne rentable).

"Cela fait réellement partie de nos inquiétudes chez Zero Waste Belgium. Car de nouveau même si l’on peut parfois recycler techniquement ces plastiques fins et matières multi-composites, y a-t-il réellement une filière derrière pour y arriver ? ".

Les déchets électroniques dont on ne sait pas faire grand chose

Aujourd’hui il existe une filière pour récupérer les déchets électroniques, et cette filière fonctionne bien. Mais souvent, les plastiques de ces déchets seront incinérés car ils contiennent énormément d’additifs et l’on ne peut pas forcément les réutiliser dans la fabrication d’autres produits.

Aujourd’hui ce n’est plus le cas, mais "au cours des décennies précédentes, il y avait énormément de retardateurs de flammes (dans les appareils électroniques), or ces produits sont toxiques et ne peuvent plus être réinjectés dans différentes filières".

Les déchets électroniques peuvent être déposés aux parcs à conteneurs, et via la filière Recupel, le consommateur paie pour qu’on lui garantisse la reprise en fin de vie de son produit.

Bouteilles de shampoing de certaines teintes… le recycleurs n’en veulent pas

Certaines bouteilles de shampoing ou de soda"typiquement de teinte orange ou rouge (bref de couleur attractive point de vue marketing), précise Marc Sautelet de Zero Waste Belgium, sont parfaitement recyclables mais il n’y a pas de filière derrière pour pouvoir exploiter le produit une fois recyclé, et dont on ne peut extraire la couleur ".

Le produit transformé ne sera plus utilisé pour le même usage. Aussi, les différentes filières de transformation se tourneront davantage vers des couleurs plus neutres pour fabriquer des bancs, par exemple. "Le problème, déclare Marc Sautelet, c’est que quand on achète le produit, on n’a pas la capacité de savoir si celui-là va être recyclé ou pas. C’est au cas par cas."

Les jouets en plastique finissent avec les déchets et ne sont pas recyclés

Autre grande problématique : les jouets en plastique. Pas possible de les placer dans les sacs bleus. Marc Sautelet ajoute qu’ils "ne sont pas couverts par la responsabilité élargie du producteur d’emballage qui couvre uniquement les emballages. Même si techniquement le plastique (du jouet) est peut-être du même numéro que le plastique qui l’entoure." Les jouets en plastique qui finissent à la poubelle doivent se retrouver dans les déchets résiduels.

Les tickets de caisse, en théorie, ne sont pas recyclables

"La plupart des tickets de caisse sortent d’imprimantes thermiques", ajoute Marc Sautelet. Du bisphénol, par exemple, peut être ajouté pour l’impression. Il y a donc une série d’addictifs chimiques dans le papier qui peuvent contaminer la filière de recyclage. La majorité de ces tickets ne peut être recyclée.

Prolonger la vie de nos objets bien avant de recycler

Le message de Zero Waste Belgium n’est pas : "Ne triez pas car ce ne sera pas recyclé". "Certainement pas, précise Marc Sautelet. Le taux de recyclage global de nos déchets doit continuer à augmenter. Mais il est important de se demander : tiens, dans quelle mesure puis-je éviter que cela devienne un déchet ou privilégier des achats qui ne nécessitent pas de matière première neuve, vierge".

Au niveau européen, la Belgique figure dans le peloton de tête du point de vue du recyclage. Le taux de recyclage des déchets ménagers atteint 55% de l’ensemble des déchets produits, alors que la moyenne européenne est de 48%. "Il y a à boire et à manger dans ce taux de recyclage et la manière dont il est calculé, ajoute Marc Sautelet. Aussi, ce taux n’a pas vraiment évolué depuis 2004 donc il reste beaucoup d’efforts à faire. D’ici 2030, l’ensemble des États membres de l’Union Européenne devront atteindre 65% de déchets recyclés à l’échelle des déchets ménagers."

De manière globale, pour en savoir plus sur le potentiel de recyclage d’un objet, il existe le site www.trionsmieux.be/fr

En termes d’action collective, des associations françaises ont mis sur pied il y a quelques années le Green Friday qui aura lieu le vendredi 26 novembre en opposition au Black Friday.

Sur le même sujet

22 févr. 2022 à 08:15
3 min
29 nov. 2021 à 20:24
4 min

Articles recommandés pour vous