Belgique

Terrorisme: Charles Michel veut dépasser le clivage majorité-opposition

Lutte contre le terrorisme - Michel appelle à dépasser le clivage majorité-opposition
13 janv. 2015 à 10:47 - mise à jour 13 janv. 2015 à 14:00Temps de lecture2 min
Par Belga News

"Ce sujet peut dépasser le cadre classique majorité-opposition et j'espère que l'on pourra mener un dialogue constructif entre les partis de la majorité et de l'opposition", a expliqué le Premier ministre en Commission de la Chambre en réponse à des questions de Georges Dallemagne (cdH) et Peter Buysrogge (N-VA).

Depuis les attentats commis à Paris, des projets ministériels circulent dans les médias: recours à l'armée pour la surveillance de certains lieux, accélération des procédures d'écoute téléphonique, lutte contre le radicalisme dans les prisons ou sur les réseaux sociaux, mesures à prendre à l'égard des combattants de retour de Syrie et d'Irak, etc. Des groupes de travail ont commencé à plancher sur ces questions dès l'installation du gouvernement. Charles Michel a demandé à ses ministres d'accélérer le tempo.

Vendredi, le conseil des ministres se penchera sur les premières mesures, dont la mise sur pied du Conseil national de sécurité, placé sous l'autorité du premier ministre, qui fera l'objet d'un arrêté royal en première lecture.

Développer une approche au niveau européen

Le Premier ministre entend également développer une approche européenne. Il souhaite à cet égard qu'une liste unifiée des combattants de retour d'Irak ou de Syrie soit élaborée, que le traitement du dossier PNR (l'échange de données relatives aux passagers) au parlement européen soit accéléré ou encore que, tout en respectant les principes de Schengen, les contrôles aux frontières puissent être renforcés.

Charles Michel a notamment été interpellé sur la cybercriminalité, les réseaux sociaux étant l'un des moyens les plus puissants de diffusion d'appels à la haine et au terrorisme. Il se rendra la semaine prochaine au Forum économique mondial de Davos et aura à cette occasion un entretien avec des représentants de Google. Le nouveau centre national de cybersécurité se met par ailleurs en place et recevra cette année 900 000 euros.

L'appel à l'union vise aussi les religions. Mercredi, le Premier ministre, les vice-premiers ministres et le ministre de la Justice rencontreront les représentants des six cultes reconnus et de la laïcité.

Le PS propose un "pacte national contre le terrorisme"

Laurette Onkelinx, chef de groupe PS à la chambre, appelle le gouvernement fédéral à mettre en œuvre un "pacte national contre le terrorisme". " Il faut que le gouvernement fédéral parle avec les représentants des cultes, mais aussi avec les représentants des régions et des communautés, qui ont des compétences en matière de prévention, a-t-elle indiqué ce mardi midi sur Télé Bruxelles dans l’émission " l’interview ". " En France François Hollande écoute pour intégrer les priorités des uns et des autres, en Belgique il faut le faire aussi. Il ne s’agit pas de dire à l’opposition d’être des béni-oui-oui mais plutôt de travailler ensemble pour mieux protéger les populations et nos sécurités individuelles".

"Il ne s'agit pas de dire à l'opposition d'être des béni-oui-oui"

Laurette Onkelinx a également pressé la ministre de l’Éducation de mettre en place rapidement, si possible pour la prochaine rentrée, le cours de citoyenneté prévu dans l’accord de gouvernement de la fédération Wallonie-Bruxelles, "il faut le faire le plus rapidement possible, et ce n’est pas pour apprendre ce qu’est la Cocom ou la Cocof et tutti quanti, il faut y apprendre le vivre ensemble et y déconstruire les discours de violence".

Laurette Onkelinx s’est encore déclarée favorable à une formation obligatoire pour les imams et à lutter contre les prédicateurs radicaux " nous devons être plus performants pour lutter contre l’apologie du terrorisme".

RTBF avec Belga

Sur le même sujet

Opération antiterroriste: rappel des événements de la soirée de jeudi

Olivier Deleuze: "Ne confondons pas les croyants et les fascistes"

Belgique