RTBFPasser au contenu

Monde

Tensions aux frontières de la Biélorussie : Washington s’inquiète du possible déploiement d’armes nucléaires russes en Biélorussie

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko.
18 janv. 2022 à 23:161 min
Par Belga

Les Etats-Unis s’inquiètent d’un projet de réforme constitutionnelle en Biélorussie qui permettrait un déploiement d’armes nucléaires russes dans ce pays frontalier de l’Ukraine et de la Pologne, a déclaré mardi à la presse une haute responsable du département d’Etat américain.

Par ailleurs, les exercices militaires russo-biélorusses annoncés mardi par la Biélorussie "vont bien au-delà de la normale" et pourraient présager d’une présence militaire permanente de la Russie dans cette ancienne république soviétique restée un des alliés les plus proches de Moscou, a précisé à la presse cette responsable ayant requis l’anonymat.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a prévu de faire adopter des réformes constitutionnelles au cours d’un référendum qui pourrait avoir lieu en février, a-t-elle indiqué.

"Ces changements constitutionnels pourraient indiquer que la Biélorussie prévoit de permettre à des forces nucléaires et conventionnelles d’être stationnées sur son territoire", selon elle.

La présence d’armes nucléaires aux frontières de l’UE "représenterait un risque pour la sécurité européenne et pourrait demander une réponse", a-t-elle prévenu.

La diplomate américaine a jugé que Moscou exploitait ainsi les "faiblesses" du président biélorusse Alexandre Loukachenko, dont le régime a été fragilisé par un mouvement de contestation en 2020.

Concernant les exercices russo-biélorusses, le moment choisi "est notable et fait craindre que la Russie puisse stationner des troupes au Bélarus en prétextant des exercices militaires dans le but, potentiellement, d’attaquer l’Ukraine", a-t-elle ajouté.

Elle n’a pas précisé le nombre de troupes russes présentes sur le territoire biélorusse mais elle a souligné que "leur nombre va au-delà de ce que nous pourrions attendre d’exercices normaux".

"Un exercice normal doit être notifié 42 jours à l’avance, quand il s’agit de 9000 soldats. Pour 13.000, il faut normalement des observateurs étrangers. Ceci est complètement différent."

Sur le même sujet:

Ukraine : Théâtre d un conflit larvé depuis près de huit ans

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

11 févr. 2022 à 16:52
1 min
27 janv. 2022 à 12:15
3 min

Articles recommandés pour vous