RTBFPasser au contenu

Tensions au MR : Georges-Louis Bouchez reste président mais sera entouré d'un groupe des 11

Tensions au MR : Georges-Louis Bouchez reste président mais sera entouré d'un groupe des 11
06 oct. 2020 à 04:11 - mise à jour 06 oct. 2020 à 07:062 min
Par Belga

Les parlementaires MR des différentes entités du pays, réunis ce lundi soir à Court-Saint-Etienne, ont décidé, au bout de plus de 4 heures de débats parfois vifs, de conserver leur confiance dans le président du parti, Georges-Louis Bouchez. Celui-ci est dans la tourmente depuis la fin de la semaine passée en raison d'un casting ministériel particulièrement contesté en interne.

Il sera toutefois encadré d'un G11, destiné notamment à assurer la collégialité des décisions du Mouvement réformateur. 

Présidence du MR : Georges-Louis Bouchez sur la sellette

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Composé de 11 "sages" du parti, cet organe décisionnel, qui agira à côté du bureau élargi, "veillera à ce qu'un débat soit mené autour des décisions", a expliqué l'ancien ministre des Pensions Daniel Bacquelaine à la sortie de la réunion.

Selon le président de l'intergroupe parlementaire, Vincent De Wolf, ce comité sera composé des chefs de file gouvernementaux du parti et de ceux de l'opposition, lorsque le MR n'est pas dans la majorité; de l'administrateur-délégué du Centre Jean Gol; des Vice-présidentes Kattrin Jadin et Marie-Christine Marghem; du président de l'intergroupe parlementaire; du ministre wallon Jean-Luc-Crucke; et - à la suite d'un vote unanime pour qu'il puisse également y siéger - de Denis Ducarme.

Dynamique collective

"Nous avons également convenu d'une modification de notre gouvernance et de notre communication tout en travaillant davantage avec les parlementaires pour créer une dynamique collective. Nous poursuivrons en outre la réforme de nos statuts qui est déjà en cours", a de son côté assuré le ministre wallon de l'Economie, Willy Borsus.

"Il est clair que ce genre de séquence ne peut plus se reproduire" et qu'il s'agit dès lors d'une dernière chance pour Georges-Louis Bouchez, a-t-il néanmoins averti.

Nous n'oublions pas

"Nous avons réussi à atterrir mais il reste du travail", a pour sa part souligné Denis Ducarme, dont la désignation avortée à la place de Valérie De Bue au sein du gouvernement wallon, jeudi passé, avait mis le feu aux poudres, faisant vaciller la présidence de Georges-Louis Bouchez. "Nous avons tous de la mémoire et nous n'oublions pas mais il était important de rassurer nos militants", a poursuivi celui qui fera désormais partie du G11. "Nous avons réussi à trouver une solution collective pour avancer", a conclu M. Ducarme.

Malgré des échanges parfois tendus entre les partisans de Georges-Louis Bouchez - qui a quitté la réunion sans faire de commentaires - et ceux qui réclamaient une nouvelle élection, le président a conservé son mandat. Ceux qui se sont exprimés de manière vindicative au cours des derniers jours, ont finalement appelé à l'unité.

Selon Vincent De Wolf, le vote en faveur de la proposition retenue a été unanime. D'après le président de l'intergroupe, il y a eu, selon lui trois ou quatre abstentions sur une assemblée d'une soixantaine de mandataires présents.

Le "G11" convenu dans la nuit de lundi à mardi au Mouvement réformateur pour accompagner la présidence de Georges-Louis Bouchez n'est pas un encadrement, mais un bureau réduit comme il en existe par exemple au PS avec le G9, a brièvement commenté M. Bouchez mardi matin auprès de Belga.

Articles recommandés pour vous