La Grande Forme

Tendances sexuelles : 5 idées pour prendre son pied

Quelles sont les tendances sexuelles 2023 ?

© Getty Images

Il est de coutume en début de chaque nouvelle année de retrouver sur le Net les nouvelles tendances sexuelles. On n’y échappe pas cette année. Sexe anal, sexe connecté, intimité ouverte… Quelles sont les tendances à venir en 2023 ? Voici le top 5, décrypté par Alexandra Hubin, notre sexologue préférée.

Ce top 5 est-il vraiment fiable ?

Ce top 5 est repris dans plusieurs journaux francophones. Il est basé sur le résultat d’une enquête réalisée sous l’initiative de la société "Lovehoney", un des leaders mondiaux de l’industrie des sex-toys. Il ne vient donc pas d’une enquête scientifique, mais pourquoi pas le prendre comme source d’inspiration.

1. La pleine conscience sexuelle

"La pleine conscience, c’est l’idée qu’il faut être à l’écoute de ses cinq sens et ses sensations" commence Alexandra Hubin. On vit dans une société qui tourne à du 1000 à l’heure et parfois, on a tendance à encombrer notre esprit de pensées parasites. C’est aussi le cas sous la couette. Or, penser à sa liste de course pendant l’amour, ce n’est pas toujours l’idéal…

"Ce qu’on peut faire, c’est choisir volontairement d’orienter ses pensées sur ses sens" explique Alexandra Hubin. Se poser des questions : qu’est-ce que je vois, qu’est-ce que je sens, qu’est-ce que j’apprécie ? Cela permet de mettre de côté ses pensées parasites. On se recentre sur les choses qui nous procurent du plaisir. "La pleine conscience, c’est aussi se dire qu’on s’en fout de la performance" ajoute la sexologue. Ce qu’on veut, c’est profiter du voyage et être connecté à soi, à ses ressentis. Cette tendance est donc plutôt une bonne nouvelle.

2. L’intimité ouverte

"L’idée de l’intimité ouverte, c’est d’être dans une ouverture verbale" explique Alexandra Hubin. Cela signifie qu’il y a une volonté d’écouter ses désirs et de les verbaliser. Le sujet de la sexualité reste encore tabou, bien que les langues se délient. On en parle de plus en plus, et les gens seraient plus à l’aise d’en parler au sein du couple.

C’est plus facile de faire l’amour que de parler d’amour.

"Si on se sent mal à l’aise de communiquer sur ses désirs, ce n’est pas très grave. Je voudrais juste dire, en tant que sexologue, que c’est plus facile de faire l’amour que de parler d’amour. On peut y aller petit pas par petits pas et oser s’exprimer." La sexualité est plus épanouie lorsqu’on se sent à l’aise d’exprimer les choses à son ou sa partenaire.

3. Le sexe connecté

Il y a eu un véritable accélérateur avec la pandémie. On a vécu beaucoup de choses en étant connecté, les expériences virtuelles ont gagné du terrain. On pense aux apéros en FaceTime ou encore, aux réunions en visioconférence, qui sont restées dans les habitudes.

Maintenant qu’on sort de cette pandémie, il y a visiblement une soif de vivre des expériences dans la vraie vie et de se déconnecter. Mais on a encore envie de profiter de la technologie. Dans ce cadre, le sexe connecté est à la mode. Il concerne principalement l’utilisation des jouets ; les toys connectés avec les applications, par exemple. L’idée est de rajouter du piment dans la sexualité grâce à la technologie.

4. Les rencontres intentionnelles et partage de fantasmes

Cette tendance est un peu l’opposition aux rencontres occasionnelles. C’est plutôt l’idée selon laquelle les célibataires seraient plus enclins à découvrir l’autre. Et sur le plan sexuel, aussi, pour s’assurer, en communiquant sur les fantasmes, qu’on est compatibles. On est compatible ou on ne l’est pas et on prend le temps de découvrir l’autre.

5. L’exploration du sexe anal

"C’est encore l’un des plus grands tabous par rapport à la sexualité" explique Alexandra. Toujours selon l’étude, le sexe anal s’inviterait de plus en plus dans les chambres à coucher. Et oui, la stimulation de l’anus peut être intéressante, en tout cas, si on en a envie. Il ne faut jamais se forcer, mais si on a envie de découvrir cette pratique, pourquoi pas.

C’est une zone érogène qui peut offrir de nombreux plaisirs. Il ne faut pas d’office pratiquer la sodomie, c’est-à-dire, une pénétration avec le pénis. Que ce soit pour les hommes ou pour les femmes, la stimulation de l’anus – que ce soit à l’extérieur, à l’entrée ou plutôt dans le fond – peut être très intéressante.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13 heures à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast.

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous