Icône représentant un article audio.

Regions Bruxelles

Témoignage d’un ex-SDF : "J’ai désormais une clef, un toit, et ça change tout"

Après plusieurs années passées en rue, Medhi occupe depuis deux ans un petit studio à Schaerbeek. Ce logement, il l’a obtenu grâce à l’ASBL "Infirmiers de Rue" qui milite depuis longtemps pour le relogement des personnes sans abri. Leur credo, c’est "Housing First": un logement d’abord et le reste suivra. En 10 ans, selon L’ASBL, 120 personnes ont ainsi retrouvé un toit et entamé une nouvelle vie. C’est le cas de Medhi, dont vous pouvez ci-dessus écouter le témoignage.

Un soutien qui se poursuit pendant des années

Mais que ce soit pour placer des tentures ou pour l’accompagner à un rendez-vous médical, les travailleurs sociaux de l’ASBL se rendent encore régulièrement chez Medhi : "Ils ne m’ont pas lâché et heureusement car c’est difficile de retrouver une vie normale, refaire des papiers, se refaire un réseau social, recréer de nouvelles habitudes". Et ce précieux soutien peut durer des années, explique Adrien Helsmoortel : "On les suit longtemps car souvent, ils sortent de la rue avec de nombreux problèmes : une situation administrative complexe, des problèmes de santé et de santé mentale notamment. Il faut donc veiller à ce qu’ils tiennent la route, tout simplement".
 

Plusieurs "Tiny Houses" pour sans-abri ont été installées à Forest
Plusieurs "Tiny Houses" pour sans-abri ont été installées à Forest © Tous droits réservés

32 personnes, sorties de la rue par l’ASBL, vivent actuellement dans un logement

A Bruxelles, 32 personnes sont actuellement relogées et suivies par les équipes d’infirmiers de rue qui les rencontrent en moyenne une fois par semaine. Julien Vande Weyer est l’un d’entre eux : "notre rôle c’est aussi de créer un réseau autour de la personne qui est relogée. On les accroche à un maximum d’ASBL ou d’institutions qui vont permettre de les maintenir en logement et éviter qu’ils ne retournent en rue".

"Ce qui manque, c’est un plan global pour résoudre le sans-abrisme"

Que ce soit auprès des AIS (agences immobilières sociales), dans des modules préfabriqués ou en maisons de repos pour certains, trouver des logements décents pour ceux qui sortent de la rue, reste un long chemin pour les équipes d "Infirmiers de Rue". Il faut en moyenne deux ans entre le début d’un suivi en rue et l’entrée en logement. Les logements sont rares et les besoins énormes. Ils seraient au moins 6500 à Bruxelles à vivre en rue ou dans des logements précaires (squat, …). "Nous attendons donc la réalisation concrète du master plan promis par la région bruxelloise", rappelle Koen Van den Broeck, porte-parole de L’ASBL. Que faire pour sortir des solutions à court terme ? Une conférence sur le thème "Du rêve à la réalité : mettre fin au sans-abrisme en Belgique" sera organisée à Bruxelles, ce vendredi 14/10.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous