RTBFPasser au contenu

Societe

Teach For Belgium a donné des cours de remédiation cet été: "L'enseignement en ligne a creusé l'écart"

Les cours de remédiation se font en ligne cette année.
16 août 2020 à 17:302 min
Par C. Dath

Avec la pandémie de coronavirus, les cours en classe ont laissé place aux cours en ligne, y compris pour les cours de remédiation. Comme chaque année, Teach For Belgium a lancé son académie d’été, en partenariat avec la COCOF et la Ville d’Anvers. "Durant 2 semaines, des adolescents issus de quartiers défavorisés bénéficient tous les matins de cours de remédiation", précise l’asbl.

Le but était de leur permettre de suivre des cours en fonction de leurs besoins spécifiques. 300 jeunes de Bruxelles et d’Anvers y ont participé cette année. "À la base, tous auraient dû se rendre sur place à Anderlecht ou à Anvers", explique Teach For Belgium.

Cet été, quatre matières étaient enseignées : les mathématiques, les sciences, le néerlandais et le français. Face à ces étudiants, dispersés en petits groupes de moins de dix, il y avait 54 professeurs.

Ils sont formés et accompagnés par l’asbl pendant deux ans pour devenir enseignant. Certains ont commencé à donner cours il y a quelques mois, d’autres vont entamer leur première rentrée scolaire en septembre.

L’année scolaire 2019-2020 a laissé certaines traces

Pour la version 2020, la remédiation s’est donc faite en ligne. Chaque matin, les jeunes se sont connectés pour suivre les cours. Ces derniers mois, le retard scolaire s’est accumulé pour certains élèves. À 17 ans, Mariam Zahri a suivi des cours de mathématiques, sciences et néerlandais pendant les grandes vacances.

Une remédiation nécessaire, la jeune fille a décroché ces derniers mois. "Je n’étais plus motivée. J’avais du mal de me concentrer, confie Mariam. Dans mon école, on n’avait pas vraiment d’appels vidéo, c’était plutôt des devoirs qu’on renvoyait. On devait les rendre à une date précise avec un horaire fixe. On faisait les devoirs à la dernière minute. Ils étaient un peu mal faits."

Ces cours de remédiation lui ont permis de se remettre à niveau avant la rentrée. C’est aussi le cas de Israa Agdour, 12 ans. "Il y avait de la matière que je ne comprenais pas. C’est pour mieux reprendre l’année scolaire", confirme l’élève.

Pas toujours le matériel adéquat

Mais tous les élèves ne sont pas égaux face aux technologies. "Beaucoup de jeunes n’ont pas accès à un ordinateur ou à une bonne connexion depuis chez eux ", explique Céline Grandjean, coordinatrice de l’Académie d’été de Teach For Belgium.

L’asbl a donc proposé aux étudiants de les accueillir. A Bruxelles, ils étaient une trentaine à profiter des installations sur le campus du Ceria, à Anderlecht. Selon une étude récente de l’asbl, 35% des jeunes ne peuvent pas suivre les cours en ligne.

Pour certains professeurs, la rentrée doit se faire en classe. "L’enseignement en ligne, ça ne peut pas continuer, confie Audray Delcamp, professeur de sciences. Ce n’est pas performant, surtout pour les élèves qui sont en grande difficulté, c’est encore plus difficile. Il y a un écart encore plus important qui se creuse", poursuit l’enseignante.

Son vœu devrait être exaucé. Dans 15 jours, les élèves devraient retrouver les bancs de l’école. Mais après ces quelques mois difficiles et malgré des remédiations, les différences de niveau entre les élèves seront là. "Il va falloir qu’on s’adapte pour essayer de voir où est-ce que les élèves en sont restés et comment on peut tous les aider sans faire de différences entre eux ?", analyse Tracy Mabeluanga, professeur de sciences.

Malgré les obstacles auxquels ils devront faire face, enseignants et élèves se réjouissent de retourner à l’école. "Ça fait très longtemps. J’ai hâte de revoir mes camarades de classe et mes profs", conclut Ibrahim Kaba, 13 ans.

Sur le même sujet

15 août 2020 à 09:14
3 min

Articles recommandés pour vous