RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde Moyen-Orient

Talibans en Afghanistan : "la démocratie, c'est avec les femmes, pas sans elles", rappellent des associations

24 nov. 2021 à 16:01Temps de lecture2 min
Par Belga

Depuis le retour des Talibans au pouvoir en Afghanistan, la condition des Afghanes n'a cessé de se détériorer, s'alarme mercredi la Coordination des associations européennes solidaires des femmes d'Afghanistan. Le collectif appelle les gouvernements occidentaux et l'Union européenne à ne pas reconnaître le régime taliban. "La démocratie, c'est avec les femmes, pas sans elles", rappelle-t-il.

La condition des femmes en Afghanistan nous interpelle, car elle nous rappelle nos conditions à toutes

"La condition des femmes en Afghanistan nous interpelle, car elle nous rappelle nos conditions à toutes. Le recul des unes préfigure le recul des autres", s'inquiète Djemila Benhabib, chargée de missions au Centre d'Action Laïque et représentante du Collectif Laïcité Yallah, membre de la Coordination. 

Depuis leur retour au pouvoir à la mi-août, "les Talibans ont effacé 20 ans de progrès en termes de participation des femmes à la vie du pays", regrette la journaliste afghane, réfugiée en Belgique, Lailuma Sadid.  


►►► À lire aussi : Afghanistan: les Etats-Unis et les talibans reprennent les négociations la semaine prochaine à Doha


"Dès le moment où les Talibans ont été inclus dans les pourparlers de paix, l'avenir des Afghanes leur a été volé", ajoute Rebecca Schönenbach, de l'association berlinoise "Femmes pour la liberté".

"Les gouvernements occidentaux et l'Union européenne ne peuvent détourner le regard. Les droits des femmes sont universels et inviolables. Reconnaître le régime islamiste et misogyne des Talibans mettrait en péril notre propre démocratie", estime-t-elle.

"Pas de terrain d'entente possible"

Dans l'appel lancé mercredi aux dirigeants européens, la Coordination des associations européennes solidaires des femmes d'Afghanistan exhorte les décideurs à soutenir le combat des femmes pour leurs droits et agir en bloc cohérent. "L'Union européenne gagnerait à parler d'une seule voix et serrer les rangs face aux pays enclins à reconnaître le régime taliban, tels que la Chine et l'Iran", ajoute Shoukria Haidar. 

"Il n'y a pas de terrain d'entente possible avec ceux qui nient le droit à la vie et à la sécurité des femmes", souligne encore Viviane Teitelbaum de l'Observatoire Féministe des Violences faites aux Femmes. 

Un rassemblement aura lieu demain/jeudi à 12h00 sur la Place du Luxembourg devant le parlement européen à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination des violences contre les femmes.

Sur le même sujet

Une centaine de pays autour de Joe Biden à un sommet virtuel pour la démocratie

Les talibans nient les accusations d'"exécutions sommaires", qui "préoccupent" Washington

Articles recommandés pour vous