Regions

Tables annulées au resto cherchent clients de dernière minute : une appli joue les entremetteurs

Trouver des plans B face aux désistements de dernière minute dans les restaurants

© Getty

Une réservation annulée à quelques heures de l’échéance, voire à dix minutes de l'heure prévue ? Les restaurateurs y sont régulièrement confrontés, on appelle cela le "no show". L’application Booktable vise à aider ces restaurateurs…  Et aussi les clients qui improvisent un resto de dernière minute.

Loading...

#stoplapin #nomorenoshow

L’idée remonte à plusieurs années mais les confinements seront le déclencheur : les restos sont restés fermés des semaines et la relance sera vitale. La namuroise Marie-Alice Van Den Bergh et son compagnon liégeois Jonathan Buchet donnent alors un coup d’accélérateur à leur projet.

Comment trouver une table de resto à la dernière minute ? Si vous avez tenté l’expérience, en particulier les vendredis et samedis soir, la tâche n’est pas toujours aisée. Il faut parfois passer plusieurs appels pour trouver une table. D’où cette idée de proposer une application, dans laquelle les restaurateurs proposent les tables restées libres ou qui le deviennent à l'impromptu. "L’appli se veut donc épicurienne, pour les clients, et solidaires pour les restaurateurs".

Le patron du Coq aux Champs, Christophe Pauly, vient d’inscrire son établissement dans Booktable. "Je trouve cette idée vraiment sympa", commente le chef étoilé de Tinlot, dans le Condroz liégeois. "On nous dit toujours, 'vous êtes toujours complets', mais comme tout resto, on a des services moins remplis ou des annulations. Je n’ai pas encore pris le pli d'activer l'appli dès que j’ai une annulation mais j’ai eu un retour récent pour deux couverts. Ça permet aussi de créer un réseau avec de nouveaux clients potentiels. Il faut maintenant que l’appli se développe."

Un complément aux réseaux sociaux

Jeune chef wallon de l’année 2019 au Gault et Millau, Maxime Zimmer est lui aussi confronté presque quotidiennement au "no show". "Cela représente entre 4 et 8 couverts par semaine", précise t'il. Et dans une petite salle, ça compte.

Le jeune cuisinier de Comblain-au-Pont travaille surtout en direct, avec sa page Facebook, pour pallier les annulations. "Ça marche assez bien et ça ne coute rien mais j’ai envie de travailler avec l'appli, pour toucher de nouveaux clients".

Le mot-clé, c’est "dernière minute"

Comment ça marche ? Il suffit de télécharger l’application ou encore de consulter le site. Il est alors possible d’identifier, dans sa région, les restaurants où des tables se sont libérées. Ou de s’abonner à des notifications pour ses endroits préférés. "Les disponibilités arrivent dans l’application après 11 heures du matin ou après 17h30", complète Marie-Alice Van Den Bergh, qui cite, en souriant, un restaurateur : "quand le client réagit, c’est qu’il commence à avoir faim".

Quand le client réagit, c’est qu’il commence à avoir faim.

"C’est effectivement de la toute dernière minute", confirme David Coisman, le patron de CCNomie, à Falmignoul, près de Dinant, l’un des premiers restaurants abonnés à l’application. "Pour les restos en ville, le passage peut encore compenser. Mais dans les zones moins fréquentées, dans les campagnes, les désistements de dernière minute nous impactent beaucoup. En un an, l’appli a pu sauver une quarantaine de couverts. On est évidemment tributaire de nombre de personnes qui l’utilisent mais c’est rudement bien pensé."

Et l’enjeu est bien là pour cette jeune start-up : nourrir le nombre de ses abonnés, tant du côté restaurants que du côté clients.

L’appli a été totalement gratuite pendant un an, au sortir de la crise sanitaire. Aujourd’hui, elle le reste pour le consommateur à la recherche d’une table. Pour le restaurateur, le prix est de 9,9 euros par mois et l’appli se rétribue via un forfait de 2,5 euros en cas de réservation validée.

Une centaine de restaurants sont aujourd’hui clients de l’application. On consacre pas mal de temps pour la développer et proposer des nouveaux services, complète Marie Alice Van Den Bergh. On ne prétend pas concurrencer de grands groupes spécialisés dans la réservation mais proposer une solution simple au restaurateur, c'est lui qui a la main."

Aujourd'hui, l'application s'étend à un site internet et à  d'autres services de communication et de marketing, en particulier pour les restaurants éphémères. Elle se lance aussi dans la réservation à l'avance, l'opposé du concept de départ. 

Liège en Prime: Christophe Pauly

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous