RTBFPasser au contenu

Football

Swann Borsellino : "L’Union Saint-Gilloise est encore maîtresse de son destin"

Loading...
01 mars 2022 à 10:001 min
Par Alice Devilez

Dans le traditionnel Facebook Live de La Tribune ce lundi, Swann Borsellino a répondu à vos nombreuses questions ! Nous avons inévitablement évoqué la suspension des clubs russes dans les compétitions de l’UEFA et de la FIFA et la crise profonde du Standard. La carte rouge de Vincent Kompany et la fin de championnat de l’Union et du Club de Bruges étaient également au centre de la conversation. Extraits choisis.

L’Union marque un tout petit peu le pas ces dernières semaines… : "C’est une fin de championnat haletante. L’enseignement principal, et un peu dommageable pour les Unionistes, c’est d’avoir encore laissé des points contre une équipe a priori abordable. Ça avait déjà été le cas contre Saint-Trond. […] On s’est rendu compte de certaines limites de l’Union. On savait évidemment que ça serait plus compliqué sans Undav et Vanzeir mais Eupen en face a fait ce qu’il fallait. Je ne pense pas qu’il y ait une inquiétude réelle. Ce n’est jamais qu’un match nul à domicile, et pour une fois il n’y a pas eu beaucoup de spectacle."

… alors que Bruges passe la deuxième : "Je pense qu’à aucun moment, les gens qui connaissent le football belge, même si on s’est posé des questions depuis le départ de Philippe Clément, sur comment jouait Bruges etc. Je pense qu’à aucun moment, si on est honnête, on s’est dit que ça se passerait différemment que cela se passe maintenant. Cela reste Bruges, une menace permanente, un multiple champion de Belgique."

Pour Swann, on ne peut pas mettre l’Union hors course tout de suite : "À partir du moment où l’Union a encore des points d’avance maintenant, il a encore son sort entre les mains. À partir du moment où ils abordent les Plays-Offs, même avec trois points d’avance, ils ont encore leur sort entre les mains. Il y aura plus de suspense, on s’en réjouit, ce sera des PO1 qui seront super, mais l’Union a encore son destin entre ses mains et ils ont montré jusqu’ici, même si Bruges et Anderlecht montent en régime, qu’ils étaient capables de jouer ces matches-là. Je n’en fais pas des favoris incroyables mais pour moi ils ont montré qu’ils étaient encore largement maîtres de leur destin."

Articles recommandés pour vous