Regions Bruxelles

Survol de Bruxelles : une association accuse le ministre Gilkinet de faire du surplace

© © Tous droits réservés

Le ministre Gilkinet est en fonction depuis deux ans et n’a pas avancé d’un centimètre dans le dossier des survols autour de Bruxelles, a dénoncé vendredi l’Union Belge contre les Nuisances des Avions (UBCNA).

La plus ancienne association de défense de riverains d’aéroports en Belgique, active surtout à Bruxelles et dans sa périphérie, reproche ainsi au ministre de se refuser à exécuter un arrêt de la cour d’appel remontant à octobre 2020. Ce jugement impose de réparer le préjudice subi par les riverains de la courte piste d’atterrissage 01. Ce faisant, il s’expose, selon l’UBCNA, à de lourdes indemnités, "puisqu’il n’applique pas à la lettre les décisions de justice et se permet de ne pas exécuter les jugements".

"C’est du jamais vu, pire qu’Anciaux et Landuyt qui eux, au moins, nous recevaient ou venaient sur place. Nous n’avons eu en deux années aucun contact avec le Cabinet Gilkinet. L’équipe de Gilkinet qui ne semble pas à la hauteur ne répond à rien, ne rencontre personne et refuse tout contact", a affirmé administratrice déléguée de l’UBCNA-BUTV, Peggy Cortois.

Selon l’UBCNA, les deux seules sorties du ministre Gilkinet dans le transport aérien ont été malheureuses : la première fois il a confondu avions au départ avec atterrissages sur base d’un tableau reprenant un aéroport à l’identification inexistante en Belgique (EBCL) et la deuxième fois il a confondu normes de bruit (compétence régionale) avec niveaux de bruit (compétence fédérale).

Enfin l’UBCNA-BUTV se pose la question de la pertinence des réunions des États Généraux, dont la réunion de septembre 2022 a été mystérieusement annulée : "on apprend qu’illégalement en violation des lois spéciales sur les compétences régionales, le ministre Gilkinet négociait timidement en mai 2022 avec la Région flamande sur base d’un texte sans aucune valeur légale "déclaration d’intention" alors que son cabinet prétendait aux états généraux ne discuter qu’avec les associations".

Le ministre Gilkinet dispose de toutes les études et analyses pour avancer et décider. En tant que ministre, il lui revient d’agir, a encore dit l’UBCNA.

 

Survol de Bruxelles (archives JT):

Survol de Bruxelles / Moins de plaintes ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous