Regions

Survol de Bruxelles : les avions bruyants bientôt davantage taxés, vers une réduction des nuisances sonores ?

© BELGA – DIRK WAEM

10 janv. 2023 à 10:24Temps de lecture2 min
Par Jérôme Durant

Est-ce enfin une mesure concrète contre les nuisances aériennes de Zaventem ? D’ici trois mois, le système de redevances qui régit chaque décollage ou atterrissage à l’aéroport de Bruxelles-National va changer.

Au 1er avril, "les redevances que les compagnies aériennes versent à Skeyes pour ses services de navigation aérienne seront modulées en fonction du bruit des avions, de leurs émissions et de la distance parcourue", fait savoir Skeyes (ex-Belgocontrol), la société chargée de contrôler l’espace aérien belge, dans un communiqué paru ce mardi.

L’idée, c’est de faire payer jusqu’à 40% de redevance supplémentaire aux avions les plus bruyants et polluants. Les avions plus "verts", eux, payeront jusqu’à 25% de taxe en moins.

Skeyes fait le pari que "les compagnies aériennes seront ainsi encouragées à utiliser des avions moins bruyants et moins polluants, et les vols court-courriers seront découragés."

Tout aussi concrète soit-elle dans un dossier du survol qui fait du surplace depuis des années, cette mesure incitera-t-elle réellement les compagnies aériennes à faire des efforts ? Certains en doutent fortement.

C’est un droit à polluer


Le médiateur fédéral pour l’aéroport de Bruxelles-National fait partie des sceptiques. "C’est un droit à polluer", résume Philippe Touwaide. "Les compagnies vont continuer à venir avec des avions bruyants et polluants, mais payeront simplement plus. Le surcoût de cette taxe sera répercuté, soit sur les passagers, soit sur les commanditaires des marchandises reprises dans l’avion."

Ce que recommande le médiateur fédéral, à l’instar de plusieurs bourgmestres et parlementaires, c’est de copier le modèle de la zone de basse émission instaurée à Bruxelles depuis 2018 pour la circulation automobile.

"Dans une zone de basse émission, quand un véhicule ne peut plus venir, il ne peut plus venir. Les gens doivent trouver une alternative", argumente Philippe Touwaide. "Ce que je voulais, c’était imposer une diminution des niveaux de bruit admis à Bruxelles, donc bannir définitivement certains avions."

Occasion manquée, donc, pour le politique qui, selon le médiateur fédéral de l’aéroport, "a eu peur des réactions" de la direction de Brussels Airport,"qui a fait des pieds et des mains en disant qu’on allait tuer son outil économique."

A Woluwe-Saint-Pierre, le bourgmestre aussi est sceptique

Benoît Cerexhe est le bourgmestre d’une des communes les plus survolées et il ne cache pas non plus son scepticisme quant à l’efficacité de la mesure : "Cette augmentation de la redevance est très loin de ce qu’attendent les riverains. Ce que nous demandons, c’est l’interdiction totale des avions les plus bruyants".

Pour Frédéric Dobruzkes, professeur de géographie des transports à l’ULB et expert du survol de Bruxelles, moduler les redevances n’est clairement pas une priorité :"Il y a bien plus à gagner en repensant les trajectoires au décollage pour réduire le nombre d’habitants exposés au bruit. Mais on sent bien que depuis les projets de l’ex-secrétaire d’État, Melchior Wathelet, plus aucun ministre fédéral de la Mobilité n’ose se lancer dans une telle aventure."

Et l’actuel ministre Ecolo, George Gilkinet, ne s’en cache d’ailleurs pas ! Toucher au tracé des routes aériennes ne fait pas partie de ses pistes de travail.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous