RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Survol de Bruxelles : le Médiateur fédéral a réalisé un cadastre des zones survolées assorti du nombre d'avions

Vue de l'agglomération bruxelloise et piste à Zaventem

Le Médiateur fédéral de l'aéroport national de Zaventem, Philippe Touwaide, a annoncé vendredi avoir réalisé une cartographie complète des zones survolées par les avions décollant et atterrissant à Brussels Airport, piste par piste, avec tracé radars.

Objectif de l'exercice: tenter de créer une ouverture dans le dossier des nuisances dues au trafic aérien alors que cela fera 50 ans, lundi, le 1er août qu'ont été mises en place, après des essais contestés, les procédures de décollage depuis la principale piste de l'aéroport (ndlr: la 25 droite) dénommées "virage droite" et "virage gauche" survolant, à l'époque la zone nord de la région bruxelloise, et que l'on continue de tourner en rond dans ce dossier. 


A lire aussi Survol aérien de Bruxelles : 400 nouvelles familles attaquent l’État belge


Les procédures n'ont quasi pas changé, si ce n'est qu'à la demande du ministre du Transport de l'époque, Jos Chabert, habitant la commune survolée de Meise. Il a été ajouté en 1974 une route surnommée du nom du ministre qui passait par le centre de la capitale durant le week-end. Depuis 2003, cette route est devenue celle dite du canal.

 

Dans le contexte des multiples vagues de contestation dans ce dossier, le cadastre du bruit imposé par le Conseil des ministres en 2003, lors de l'acceptation du plan dit de dispersion des vols déposé par le ministre Bert Anciaux, n'a jamais été réalisé.

Sans aller jusqu'à réaliser une cartographie du bruit perçu au sol (ndlr: à l'immission), une compétence exclusive des Régions, le service fédéral de Médiation a donc établi spontanément une cartographie complète des zones survolées.


A lire aussi Waterloo : une étude pourrait apporter des solutions aux nuisances sonores des avions


Le document contient également des cartes du nombre de survols par zone; du nombre de survols par piste; une répartition des survols au décollage via la piste 25 droite; l'utilisation globale des pistes depuis 1996; l'évolution annuelle des pistes depuis 1995; les chiffres annuels de trafic depuis 1947; ceux du volume cargo depuis 1947; des vols de nuit depuis 1982.

Autres données: le nombre d'habitants et densité de population des communes survolées, le niveau de bruit individuel des avions (ndlr: à l'émission, de compétence fédérale) et le poids maximum au décollage individuel des avions.

Des solutions durables existent pour apporter la sérénité et le calme à chaque riverain

"Des solutions durables existent pour apporter la sérénité et le calme à chaque riverain, mais en prenant en compte également l'impact des vols sur la santé, le rythme cardiaque et les troubles du sommeil. Chaque citoyen a droit à pouvoir dormir une nuit complète en toute tranquillité. Il est temps de prendre des actions sur les types d'avions admis le matin, le soir et la nuit, et d'instaurer une 'LEZ' pour Bruxelles-National. Les avions anciens, bruyants et polluants doivent être bannis de Bruxelles. L'exploitant aéroportuaire doit respecter son entourage et prendre des initiatives environnementales fortes pour réduire le bruit et la pollution de son activité aéroportuaire. Le voisinage de Bruxelles-National a fortement changé depuis 50 ans, pourtant l'exploitation de l'aéroport est restée malheureusement identique, sans aucune adaptation des procédures ou du trafic à l'évolution climatique et aux modifications urbanistiques et changements de densité de population autour de ce site aéroportuaire", a commenté Philippe Touwaide, dans un communiqué.

Sur le même sujet

Nuisances des avions : pour le médiateur du transport aérien, pas besoin de nouvelle étude sur les normes de vent

Regions

Que faire en cas de problème lors d’un vol ? Le point sur la réglementation en vigueur et ses possibles évolutions

Economie

Articles recommandés pour vous