RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Grande Forme

Surdité : bientôt un médicament pour retrouver l'ouïe ?

Ear nose &#38 ; throat, elderly person

Vous connaissez certainement quelques personnes dont l’audition s’est amoindrie. Cela peut entraîner quelques désagréments pour l’entourage (parler plus fort, augmenter le volume du téléviseur…), mais cela peut aussi être une cause d’enfermement pour les personnes qui souffrent de ce trouble. Une entreprise américaine développe un traitement pour lutter contre la surdité. Éléments d’information avec le Dr Grégory Nawara, ORL, dans l’émission "La Grande Forme".

La Belgique compte quelque 1.300.000 déficients auditifs, tous degrés confondus, dont environ 90.000 sourds. La surdité se définit par la perte complète de la capacité auditive d’une ou de deux oreilles. Les déficients auditifs, de façon plus large, regroupent les personnes souffrant d’une perte complète ou partielle de la capacité à entendre.

La surdité peut se définir par une perte de la capacité sensorielle à entendre les sons, explique le Dr Grégory Nawara, ORL. 

2 types de surdité

  • La surdité de transmission 

Il s’agit d’un souci qui se trouve au niveau de la transmission aérienne des sons. C’est-à-dire, un problème au niveau des sons de l’oreille, du conduit auditif, du tympan et des osselets.

  • La surdité de perception

Dans ce cas, le problème touche l’oreille interne et plus particulièrement, les cellules "ciliées", qui sont des cellules extrêmement fragiles et précieuses. Ces cellules présentent une obsolescence programmée : nous naissons avec un capital d’environ 15.000 cellules ciliées. Au cours de notre vie, elles vont progressivement disparaître. Une fois détruite, la cellule ciliée est incapable de se régénérer.

Or, le rôle principal de la cellule ciliée est de pouvoir reconnaître l’ensemble des fréquences qui composent le spectre sonore. Si quelqu’un perd la capacité à différencier les fréquences, il n’est plus capable de distinguer les phonèmes (unité distinctive de prononciation qui caractérise les différents langages). Autrement dit, la personne n’est plus capable de reconnaître les subtilités entre les voyelles, les consonnes, les syllabes, les mots et les phrases.

Elle va donc avoir besoin du cerveau pour compenser le fait que l’oreille n’est plus capable d’entendre certains sons. Les "béquilles" que le cerveau utilisera seront donc : le contexte de la conversation, l’expression du visage, la lecture des lèvres…

Surdité : un nouveau médicament va-t-il faire son apparition ?

La Grande Forme

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Cette obsolescence programmée commence dès l’âge de 40-45 ans, et elle est insidieuse. Au départ, elle ne touche qu’un nombre limité de cellules. Les personnes atteintes commencent à se rendre compte du souci lorsqu’ils doivent faire répéter, par exemple. La perte d’un organe sensoriel comme l’oreille risque de précipiter une accélération de troubles cognitifs et peut perturber d’autres organes sensoriels comme l’équilibre.

Solutions pour vaincre la surdité 

La solution actuelle la plus intéressante est l’appareillage auditif, qui consiste à proposer une amplification électronique à l’oreille, et amplifier le signal sonore. Les cellules ciliées restantes reçoivent ainsi un message amplifié, et cela permet de maintenir un message et un certain seuil de compréhension.

La technologie permet à ces appareils d’être de plus en plus performants. La technicité des appareils est de plus en plus poussée et l’appareil reste une solution de premier choix. En ce qui concerne les solutions pour résoudre l’obsolescence programmée des cellules par contre, la science a fait peu de progrès.

Remplacer les cellules endommagées via un médicament ?

Depuis peu, une entreprise américaine travaille à la création d’un médicament qui permettrait aux cellules ciliées de se faire remplacer par d’autres cellules. Ce médicament est encore à l’essai, mais il est prometteur.

"On s’est rendu compte que dans pas mal de tissus humain et notamment au niveau de l’oreille interne, il y a d’autres cellules. Ce sont des cellules qui ont un potentiel énorme et sont capables de se transformer en n’importe quelle fonctionnalité" explique le Dr Nawara. Le but de la recherche est donc de trouver un messager, qui enverrait un message à ces cellules souches, pour leur demander de se programmer en cellules ciliées. Il ne s’agit donc pas de régénérer les cellules ciliées, mais de les remplacer par une cellule qui prendrait le relais des cellules ciliées endommagées.

C’est prometteur, mais il faut envoyer un message de prudence. On en est encore au stade de recherche fondamentale. Il y a d’énormes difficultés pour recréer ce modèle. "Il ne faut pas lancer un message d’espoir trop rapidement : ce n’est pas encore pour demain" conclut le Dr Nawara.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13 heures à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast.

Loading...

Sur le même sujet

Le dossier médical global : quels sont vos droits ?

La Grande Forme

Ghosting : le nouveau mode de rupture 2.0

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous