Sur la route avec Camille Saint-Saëns : Episode 8 - L'Algérie

Suite algérienne, Opus 60

© © Tous droits réservés

27 déc. 2021 à 10:44Temps de lecture2 min
Par Cécile Poss

En 1873, Camille Saint-Saëns entreprend son premier voyage en Algérie, sa destination préférée, que ce soient des voyages d’agrément ou pour des raisons thérapeutiques.

"Les nouvelles sont excellentes bien que nous soyons dans la mauvaise saison et que nous ayons eu des journées froides exceptionnelles pour ce pays. Les bains et le séjour dans cet endroit charmant m’ont fait grand bien, mes jambes même qui n’allaient plus du tout ont repris leur service. C’est avec un vif regret que je vais quitter la campagne, les montagnes, les bois et les bains dans les grandes piscines pour retourner à Alger car Alger c’est la ville et que ce sont aussi les répétitions, les visites, les dérangements de toutes sortes au lieu du silence et de la tranquillité. Il le faut, le devoir m’appelle et je dois lui obéir. Gabriel a pris les bains avec moi et avec le même succès, il gambade, il escalade, il a 20 ans" écrit le compositeur.

C’est une Algérie colonisée et pacifiée que rencontre Camille Saint-Saëns, qui ne s’intéresse que peu aux autochtones mais qui s’oppose fermement à l’occidentalisation d’Alger comme il le dit : "En 40 ans, Alger a bien changé. Ce n’est plus l’Alger de la Suite algérienne. On aurait pu en faire la plus délicieuse des villes orientales, tout en la rendant habitable aux Européens, on ne l’a pas voulu. On a détruit les parcs, les palais arabes ; et d’affreuses bastilles ont surgi partout, substituant à l’art musulman une désolante barbarie, alors qu’on s’imaginait porter la civilisation chez les Barbares. Maintenant une heureuse réaction s’opère ; de belles constructions s’élèvent. On revient même dans les villas élégantes, au style arabe si riche et si pittoresque".

Cette passion pour l’Algérie, Saint-Saëns la traduit en toutes notes dans une œuvre en 4 mouvements, la Suite Algérienne qui décrit ses impressions d’Alger : "De tous côtés surgissent les orangers surchargés de leurs fruits d’or, les blés, les vignes couvrent d’immenses étendues, tout respire la vie, l’abondance, la fertilité d’une terre puissamment nourricière".

Sur la route de Camille Saint-Saëns

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Réalisation : Cécile Poss

Mise en onde : Marion Guillemette

Invités :

Stéphane Leteuré, historien spécialiste de Camille Saint-Saëns, auteur de 3 ouvrages sur le compositeur :

-Saint-Saëns, le compositeur globe-trotteur, Actes -Sud, 2017

-Croquer Saint-Saëns - Une histoire de la représentation du musicien par la caricature -  Coédition Actes Sud / Palazzetto Bru Zane, 2021

- Camille Saint-Saëns et le politique de 1870 à 1921. Le drapeau et la lyre, 2014

François Sabatier, musicologue, organiste auteur de Miroirs de la musique, Fayard, 1995.

Roger Dachez, médecin, historien de la médecine, auteur de Histoire de la médecine, de l’Antiquité à nos jours, Tallandier, 2012.

Georges Vigarello, historien spécialiste de l’Hygiène, des pratiques corporelles, de la perception de soi et du corps du Moyen-Âge à nos jours, auteur et directeur de divers ouvrages sur le sujet.

Thierry Lentz, Historien, directeur de la Fondation Napoléon.

Interview en archives :

Sylvain Venayre, historien, spécialiste du XIXe siècle, notamment du voyage.

Voix

Alexis Flamant, comédien, lit la correspondance de Camille Saint-Saëns

Sur le même sujet

L’Assassinat du Duc de Guise, des macabres guerres de religion à un chef-d’œuvre cinématographique et musical

Faut que je vous raconte

La cinéaste algérienne Yamina Bachir, connue pour "Rachida", est décédée ce dimanche

Cinéma

Articles recommandés pour vous