"Sur l'ensemble de la Province de Namur, il reste moins de 10 lits en soins intensifs"

Benoît RONDELET, directeur du CHU de Mont-Godinne

© Tous droits réservés

22 oct. 2020 à 18:33 - mise à jour 22 oct. 2020 à 18:33Temps de lecture3 min
Par Pierre-Yves Meugens

Au cours 14 derniers jours, 47,8% des nouvelles admissions à l’hôpital à cause du Covid-19 ont eu lieu en Wallonie. Les chiffres des admissions à l’hôpital pour Covid-19 ne cessent d’augmenter en Belgique. Tous les hôpitaux du pays doivent passer en phase 2A. Pour le 2 novembre au plus tard, 60% de la capacité en soins intensifs doit être consacrée à des patients Covid-19. Les hôpitaux wallons sont-ils bientôt dépassés ?

Sur le terrain la pression se fait sentir dans le milieu hospitalier. "A titre d’exemple, ce jeudi soir, pour l’ensemble de la Province de Namur, il reste moins de 10 lits de soins intensifs qui sont libres" alerte Benoît Rondelet, directeur du CHU de Mont-Godinne. En cas de surcharge, les hôpitaux devront alors notamment se tourner vers des établissements d’autres provinces. C’est ce qui s’est passé à Liège mercredi. Cinq patients Covid hospitalisés en soins intensifs dans des hôpitaux liégeois ont dû être transférés vers des hôpitaux du Brabant flamand et du Limbourg. "Au moment du pic de la première vague, nous avions 116 patients COVID. Ce jeudi matin, nous en avons 132" précise Sylvianne Portugaels, directrice générale du CHR de la Citadelle à Liège.

La question du transfert des malades au-delà de nos frontières revient souvent ces derniers jours. Sur ce point, Benoît Rondelet se veut rassurant "On n’en est pas là, il faut le dire. C’est quelque chose qui peut arriver mais je pense qu’on a encore des marges de manœuvre, des options de prises de décisions qui peuvent nous permettre de nous maintenir face à cette pression de l’infection sur le système sanitaire belge et on a encore pas mal de solidarité à installer entre nous, ne serait-ce qu’à travers la frontière linguistique". Et il insiste : "C’est le comportement de chacun qui va conditionner le devenir de cette pandémie en Wallonie".

Un manque de personnel

Pour Sylvianne Portugaels, le problème n’est pas matériel mais humain. "Ce n’est pas un manque d’infrastructures ou de superficie mais c’est un manque de personnel". A la question de savoir si on peut recruter du personnel juste en mettant de l’argent sur la table, Sylvianne Portugaels répond : "Il n’y a plus du personnel à recruter. Il n’existe pas, il a déjà été recruté. Il n’est plus disponible sur le marché du travail". Et Benoît Rondelet de rajouter : "Ce qu’il faut comprendre, c’est que ce que l’on vit, c’est l’addition de trois phénomènes différents. Un vague de coronavirus qui circule. Une aggravation des cas qui n’ont pas nécessairement été pris en charge pendant la première vague et juste après. Et troisièmement, c’est une vague de stress post-traumatique au niveau des hôpitaux qui fait que les gens ont des difficultés à rentrer dans ce nouveau plan d’urgence hospitalier et sanitaire. Les gens ne s’y retrouvent plus. Ils sont mal et fatigués. On est dans une situation instable." Benoît Rondelet plaide pour une réelle prise en compte de la santé comme une source de richesse. "Les deux premières richesses que l’on a dans les mains, c’est la santé et l’éducation. Tout tourne autour de cela. Il faut envisager la santé comme une réelle source de richesse et de considérer cette richesse dans les programmes politiques et d’investissement comme une plus-value par rapport à la richesse économique".

Rappelons que dans son programme, le gouvernement fédéral prévoit un financement complémentaire des soins de santé. Une enveloppe de 1,2 milliard d’euros annuels. En outre, la norme de croissance des soins de santé a elle aussi été revue à la hausse : elle passera à 2,5% à partir de 2022 (contre 1,5% aujourd’hui).

Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L’entièreté du débat à revoir ci-dessous :

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous