RTBFPasser au contenu

Musique - Accueil

Stromae et Daft Punk redonnent des couleurs au marché du disque

Stromae joue les pantins

L'an dernier, le marché de la musique enregistrée (ventes de CD et DVD, téléchargement et revenus du streaming, droits voisins) a progressé de 2,3%, à 603,2 millions d'euros, selon les chiffres publiés lundi au Midem par le principal syndicat des producteurs de disques (Snep), qui parle d'"année atypique".

Dominant largement les ventes de l'année, "Racine Carrée" de Stromae s'est écoulé à plus d'un million d'exemplaires en seulement quatre mois, une première depuis 2004.

"Random Access Memories" de Daft Punk et "Subliminal" de Maître Gims, qui complètent le trio de tête, se sont tous deux vendus à plus de 500.000 exemplaires.

Au total, dix-sept des vingt meilleures ventes d'albums ont été réalisées par des artistes francophones.

Le fait le plus surprenant est que les ventes de CD et de DVD, qui ne cessent de chuter depuis 2002, sont reparties à la hausse (+1%, à 367,4 M EUR), grâce à ces succès hors norme.

"La déception est venue de la stabilité des revenus du numérique", qui ont augmenté de 0,6%, à 125,8 M EUR, a reconnu le directeur général du Snep, Guillaume Leblanc, lors d'une conférence de presse.

Ceux-ci représentent désormais 26% du chiffre d'affaires de la musique enregistrée hors droits voisins.

"Pendant trois mois, une partie du numérique a été bloquée par l'absence d'accord entre YouTube et la Sacem, ce qui a joué sur les chiffres du marché. Mais notre sentiment, c'est que la courbe va repartir très fort cette année", a souligné le PDG d'Universal, Pascal Nègre.

Dans le cadre de difficiles négociations sur le droit d'auteur, YouTube avait momentanément retiré les publicités sur les vidéos musicales, privant les producteurs de cette source de revenus.

Le numérique se restructure déjà

Au-delà, le marché numérique, qui n'a qu'une dizaine d'années, est déjà en train de se restructurer.

Le téléchargement, sur lequel l'industrie musicale a longtemps compté pour compenser la chute du CD, recule pour la première fois (-1,1%). Il représente 50% des revenus numériques du secteur.

"La part de marché d'iTunes (qui domine le marché du téléchargement, ndlr) est liée à la part de marché de l'iPhone", fortement concurrencé par d'autres smartphones, a noté Pascal Nègre.

En outre, "iTunes était fait pour l'iPod. Avec l'iPad, nous devons nous demander si on doit vendre les même formats qu'on vendait il y a trois-quatre ans. Il y a de plus en plus une relation entre le son et l'image", a-t-il ajouté.

Le streaming continue, lui, de progresser (+3,9%) et représente désormais 43% des revenus numériques.

Les revenus du streaming financé par la publicité (+9,6% à 18,2 M EUR), progressent plus fortement que ceux du streaming par abonnement (+1,2% à 35,8 M EUR).

"L'usage se développe, avec 1,5 million d'abonnés supplémentaires en un an. Mais les offres d'abonnement en streaming sont encore peu connues du grand public. Il y a une marge de progression énorme, encore faut-il faire connaître ces offres et les adapter à chaque type d'usagers", a souligné le président du Snep et de Sony Music, Stéphane Le Tavernier.

Les producteurs de disques ont une nouvelle fois déploré le manque de diversité musicale à la radio, au moment où certaines d'entre elles souhaitent une évolution des quotas de chansons françaises.

"Dix titres représentent deux tiers des passages des nouveautés francophones de l'année sur les radios jeunes et 50 titres la totalité ! On ne demande pas le grand soir mais si on pouvait passer de 50 titres à 70, ce serait déjà bien!", a lancé M. Nègre.

 

AFP Relax News

Sur le même sujet

06 sept. 2014 à 04:23
1 min
26 août 2014 à 06:03
1 min

Articles recommandés pour vous