RTBFPasser au contenu

Initiatives locales

Storylific, le podcast qui plante des idées et des arbres

Storylific, le podcast qui plante des idées et des arbres
28 févr. 2022 à 08:26 - mise à jour 28 févr. 2022 à 08:262 min
Par Adrien Corbeel, Vedia

Dans son podcast, qui soutient financièrement la reforestation, la Namuroise Anne-Bénédicte Hannotte donne la parole à sportifs de haut niveau, des aventuriers, des explorateurs et autres dévoreurs de vie.

J'avais depuis très longtemps le rêve d'interviewer des gens. C'est une vieille passion que j'avais un peu enterrée” nous explique Anne-Bénédicte Hannotte, alias AnBé. “Et puis suite à une remise en question professionnelle, il est revenu à la surface.” À ce désir s'est jointe l'envie de faire quelque chose pour la planète, de se battre contre le réchauffement climatique. Sans vraiment trouver chaussure à son pied. C'est finalement une rencontre avec le champion d'apnée, Jean-Pol François, qui lui permet de trouver sa voie. “J'ai fait beaucoup de recherches et je me suis rendu compte que finalement les grands ardents défenseurs de la nature étaient ceux qui font du sport en extérieur et ceux qui étaient plus au contact de la nature."



Anne-Bénédicte Hannotte, créatrice du podcast Storylific
Anne-Bénédicte Hannotte, créatrice du podcast Storylific © Tous droits réservés

Après s'être lié d'amitié avec elle, Jean-Pol François se prête au jeu 'interview, et devient le sujet du premier podcast de AnBé en avril 2021, baptisé Storylific. Depuis, les invités se succèdent:  Marie-Amélie Lenaerts, première femme belge à avoir terminé la mini transat’, l'éco-aventuriere Benjamin de Molliens et plus récemment le mythique "Bourlingueur" de la RTBF, Philippe Lambillon. “J'interviewe toujours des profils qui ont un lien avec le "outdoor", pour essayer justement de recréer cette reconnexion, en étant inspirant, en montrant des carrières et des parcours de gens qui font vraiment des choses formidables.

À ses yeux, une des racines du problème, c'est notre déconnexion par rapport au milieu naturel : "On ne peut pas se tracasser de quelque chose qu'on ne connaît pas, qu'on connaît plus. Le premier pas, c'est de remettre les gens dehors. Quand on est déconnecté de soi-même, ça devient difficile d'être connecté aux autres.” Elle envisage aussi Storylific comme un antidote à la morosité actuelle  : “Le discours ambiant donnant plutôt envie de baisser les bras, que ce soit pour le monde de demain, ou pour sa vie personnelle, il est primordial de se mettre les "bonnes" histoires entre les oreilles.”

Planter des arbres

Avec Storylific, AnBé s'avoue beaucoup plus épanouie  : “ Là j'ai trouvé le moyen de faire quelque chose pour le climat tout en faisant ce que j'adore.” Elle s'engage en effet à reverser 50 % de dons à des organismes luttant contre le changement climatique. Chiffre à l'appui : dans une volonté de transparence, elle les tient à disposition de tous les internautes. Son site annonce ainsi que 360 arbres ont ainsi été plantés en 2021 via le podcast.

À l'heure actuelle, les revenus de Storylific sont modestes, mais AnBé espère les augmenter à mesure que les épisodes gagnent en popularité. Elle invite d'ailleurs toute personne qui souhaite la soutenir à s'abonner, ou lui donner un coup de pouce sur son Patreon. Elle n'exclut pas à l'avenir que le podcast soit soutenu par quelques sponsors, mais elle insiste  : “Je n'aurai pas de la pub pour n'importe quoi. Je veux que le projet soit très cohérent.

Pour le moment, les seules "publicités" qu'on peut y entendre renvoient à des choses qui lui tiennent à cœur, comme le festival Into the Wild, qui aura lieu du 24 au 26 mars, et qui sera le point de départ des prochains épisodes du podcast.

© Tous droits réservés

 

A lire aussi : Spa veut favoriser le retour de la nature en ville, un article de Vedia

@vedia

Sur le même sujet

25 mars 2022 à 09:34
2 min
01 mars 2022 à 14:19
2 min

Articles recommandés pour vous