RTBFPasser au contenu
Rechercher

Premier League - Football

Stephan Streker : "La différence entre Lukaku et Hazard, c’est que Romelu a connu énormément de coups durs"

Stephan Streker : "La différence entre Lukaku et Hazard, c’est que Romelu a connu énormément de coups durs dans sa carrière"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Chelsea navigue en eaux troubles depuis quelque temps suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie et les nombreuses sanctions imposées aux sportifs et dirigeants russes. Roman Abramovitch, le président des Blues est interdit de séjour et ses comptes ont été bloqués. La survie financière du club ne tient donc qu’à un fil. Le club est à vendre mais le processus de rachat est compliqué puisque la condition est que l’oligarque russe n’en tire aucun profit. Le futur de Chelsea est donc plus qu’incertain, tout comme celui de Romelu Lukaku, qui n’a plus les faveurs de son entraîneur et qui n’a plus été titularisé en Premier League depuis un mois. Une situation analysée par Sara Menai, spécialiste Premier League, qui était l’invitée de La Tribune ce lundi.

Sanctions, rachat et problèmes financiers

"Le gouvernement britannique a gelé les avoirs du propriétaire du club, Roman Abramovitch et les avoirs du club. C’est même compliqué pour le club de payer les factures et donc les déplacements du club, notamment à Lille ce mercredi en Ligue des Champions. Les choses ont bougé ces derniers jours puisque les Blues peuvent désormais dépenser jusqu’à un million en frais de matchs contre 600 000 avant. Mais les seuls revenus pour Chelsea actuellement sont les droits télé et les primes versées par l’UEFA et la fédération anglaise pour leur parcours en Ligue des Champions et en Cup. Il n’y a plus de sponsoring, il n’y a plus de billetterie ni de merchandising puisque les boutiques du club sont fermées", retrace Sara Menai.

Une situation qui pourrait permettre aux Blues de repartir pour une belle histoire pour Stephan Streker : "On avait dit à propos de Newcastle qu’ils pouvaient perdre leur âme en étant racheté par des richissimes. Est-ce qu’il n’y a pas finalement un retour à quelque chose de plus noble pour les fans de Chelsea ? Ils ont tout gagné et ils redeviendraient peut-être un club purement anglais avec un peu moins d’ambition".

"Ça me gêne moins par rapport à Roman Abramovitch lui-même qui est un des oligarques, et ils ne sont pas si nombreux, à être ciblés par les sanctions internationales. C’est un proche de Poutine et ça me paraît tout à fait logique qu’on le sanctionne lui. C’est plus problématique toutes les sanctions qui sont prises vis-à-vis des clubs ou des sportifs russes qui n’ont rien demandé à personne et qui sont victimes de la situation", explique Manuel Jous.

Philippe Albert apprécie, lui, la nuance apportée dans les sanctions : "Je suis tout à fait d’accord avec les sanctions contre le président mais je trouve que l’allègement des sanctions est bien parce qu’il y a des centaines de salariés qui travaillent pour ce club qui n’ont strictement rien à voir là-dedans".

La galère de Romelu Lukaku

Romelu Lukaku vit lui aussi des moments délicats avec les Blues comme l’explique Sara Menai : "Il est complètement sur le banc, il ne fait plus du tout partie des plans de Thomas Tuchel. Avec la situation, beaucoup de questions vont se poser sur l’avenir des joueurs de Chelsea. Les joueurs sont dans le flou. Il y a des joueurs qui sont en fin de contrat et des prolongations qui sont impossibles pour l’instant. Ce n’est pas le cas de Romelu Lukaku mais aujourd’hui il y a deux possibilités. Il n’y a pas vraiment de retour sur investissement pour l’instant et les Italiens, notamment la Gazetta dello sport, annoncent qu’il veut retourner à l’Inter dès cet été. Et les médias britanniques nuancent. Le Telegraph affirme que Lukaku serait en colère par rapport à ces rumeurs de départ alors que c’est le moment de se serrer les coudes".

Mais pour notre invitée du soir, le choix de Tuchel de laisser Lukaku sur le banc n’est pas forcément illogique : "On ne peut pas reprocher à Tuchel de ne pas utiliser Lukaku malgré le prix démesuré de son transfert puisque Chelsea marche bien. Ils en sont à cinq victoires consécutives en Premier League. Il a pourtant été le héros en Coupe du Monde des clubs. Buteur en demi-finale et en finale, il a offert ce titre aux Blues. On pensait que c’était le retour en grâce de Lukaku et on se disait que Tuchel l’avait pardonné pour ses propos malheureux. Finalement pas du tout. Il fait des entrées qui sont assez quelconques".

Philippe Albert est conscient des difficultés rencontrées par le Diable mais est persuadé qu’il va rebondir : "On peut se poser certaines questions mais je ne me fais aucun souci. Il a toujours rebondi après avoir connu quelques soucis. Psychologiquement, c’est quelqu’un de très fort. Je suis persuadé qu’on va trouver une solution le concernant et qu’à la Coupe du Monde, il sera à 100%".

Stephan Streker fait, lui, le parallèle avec le cas d’Eden Hazard : "Je crois que la grosse différence entre Lukaku et Hazard, c’est que Romelu a connu énormément de coups durs dans sa carrière. Il s’est construit là-dessus".

Une comparaison sur laquelle rebondit Swann Borsellino : "Il y a une logique d’injustice sportive pour Eden quand on voit les prestations de Rodrygo, d’Asensio en Ligue des Champions. Là où pour Romelu Lukaku quand on regarde un peu les matchs de Chelsea, quand on voit comment Havertz, Pulisic, Mount fonctionnent ensemble. Il y a une certaine logique, même si on connaît le talent de Romelu. Là où pour Eden on pourrait quand même attendre une demi-heure de jeu par rapport à ses concurrents".

Manuel Jous regrette que Romelu Lukaku n’ait pas réussi à surfer son son bon début de saison : "Ce qui est étonnant c’est que ça partait sur de bonnes bases. Il marquait régulièrement. Tuchel avait des discours assez élogieux. Et puis il y a eu cette blessure et c’est difficile de savoir où tout à commencer à basculer. L’interview a sans doute été le climax. Depuis lors, c’est une situation qui semble inextricable. Rebondir, il va le faire, il en est capable".

Pour Stephan Streker et Philippe Albert, il doit partir si Tuchel reste l’entraîneur. Swann Borsellino aimerait, lui, le voir réussir dans la difficulté et ne souhaite le voir revenir à l’Inter.

Sur le même sujet

Romelu Lukaku élu joueur de la saison 2020-2021 en Italie

Diables Rouges

Articles recommandés pour vous