RTBFPasser au contenu
Rechercher

Matin Première

"Station Eleven", l’incontournable série qui nous parle d’une pandémie pire que le covid

Une série qui parle d’une pandémie, est-ce trop tôt ? Peut-être. Mais celle-ci, "Station Eleven" n’est pas loin d’être la série de l’année (ou au minimum top 3).

Alors, oui, "Station Eleven" est une série postapocalyptique. Oui, elle parle d’une pandémie, mais non, il ne s’agit pas du covid. "Station Eleven" est en effet l’adaptation du livre éponyme, sorti en 2014 et signée de l’autrice canadienne Emily St-John Mandel. Et même l’adaptation à la télé est bien antérieure à la pandémie que nous avons connue : les droits ont été acquis en 2015 et c’est à la mi-2019 qu’HBO Max a commandé la série. Notons que l’ironie a voulu que le COVID ait retardé le tournage et a carrément fait déménager l’équipe de production.

Le premier épisode de Station Eleven nous montre des choses qu’on a vu, qu’on a vécues, ces deux dernières années : l’incompréhension, le confinement, la mort. La série débute sur les planches. Nous sommes à Chicago, un célèbre acteur joue du Shakespeare, le Roi Lear. Il s’effondre sur scène. Un jeune homme un peu paumé tente de le sauver, sans succès. On pense à une crise cardiaque, un malaise quelconque, c’est en fait un virus, qu’on appelle la "grippe de Géorgie". Ce n’est pas le covid, non, parce que si vous l’attrapez, vous n’avez qu’1% de chance d’y survivre. Le public dans ce théâtre l’ignore encore, mais l’humanité est sur le point de s’effondrer.

Loading...

Le jeune homme un peu paumé, celui qui tente de sauver l’acteur, s’appelle Jevan et il remarque une jeune actrice d’une dizaine d’années toute aussi paumée que lui. Elle s’appelle Kirsten et personne ne s’occupe d’elle. Cette même Kirsten, on la retrouve 20 ans plus tard, dans un monde qui ne s’est jamais remis de cette "grippe de Géorgie". La nature a repris ses droits, la survie est le seul horizon pour les survivants. Enfin presque. Kirsten est membre de la "Symphonie itinérante", un groupe d’artiste qui sillonne une certaine zone des Etats-Unis, toujours la même, depuis des années. Cette troupe, elle joue de la musique, elle propose du Shakespeare, inlassablement, quelle que soit la météo, quelle que soit la situation de la troupe. Et puis, il y a aussi une mystérieuse BD, encore de la culture.

"Station Eleven", c’est d’abord et avant tout un hommage à l’art, à l’échange, à l’entraide. C’est le message principal : sans culture, nous ne sommes pas grand-chose. Et parce que pandémie ou pas, le monde a besoin, irrémédiablement, d’art, de beauté, de vibrer.

Et on vibre avec "Station Eleven", qui passe d’une ligne du temps à l’autre, de 2020 à 2040 de façon très fluide, sans jamais nous perdre. On vibre grâce à une histoire qui va se gâter rapidement pour notre troupe itinérante. On vibre aussi grâce à des personnages très subtils, très touchants. Je reviens à Kirsten et Jeevan : l’une des grandes différences avec le livre, c’est la place beaucoup plus grande accordée à la relation entre ces deux personnages à l’écran. Jeevan est incarné par Himseh Patel, vous vous souvenez certainement de lui pour le film Yesterday, c’était le chanteur qui piquait tous les tubes de Beatles. Il est absolument bouleversant. Kirsten adulte est interprétée par Mackenzie Davis qu’on connaît bien depuis le fameux épisode "San Junipero" de "Black Mirror". Le reste du casting est à l’avenant et la série est sublimée par une mise en scène magnifique, un montage remarquable, une musique splendide.

Le matériau de base, le livre d’Emily St. John Mandel était déjà fantastique, je vous le recommande chaudement, il est disponible aux éditions Gabelire et en poche aussi. Mais la série arrive à encore faire mieux, avec quelques changements bienvenus inspirés par Patrick Sommerville, l’une des chevilles ouvrières de l’immense "The Leftovers". Et comme dans celle-ci, Station Eleven est une ode à la résilience, cette fois-ci teintée d’art et de culture. Et rien que pour ça, il faut regarder Station Eleven. C’est une mini-série en 10 épisodes, qui débute ce samedi 2 juillet sur BeTV.

HBO Max

Articles recommandés pour vous