Football

Standard-Anderlecht : "Les Mauves ne se sont pas respectés en tant que footballeurs"

Pascal Scimè après Standard-Anderlecht : "Les Mauves ne se sont pas respectés en tant que footballeurs"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ce dimanche soir dans Complètement Foot, David Houdret, Pascal Scimè et Joachim Mununga sont longuement revenus sur le match choc de cette 14e journée opposant le Standard de Liège au Sporting d'Anderlecht. Alors que les hommes de Ronny Deila menaient 3-1 face aux Mauves, la rencontre a été définitivement interrompue à la 65e minute suite à des débordements de la part des supporters anderlechtois. 

Dérive anderlechtoise à Sclessin

Interrompu une première fois à la 56e minute, suite au 3e but du Standard inscrit par Zinckernagel, le match a repris avant d'être définitivement interrompu à la 65e minute. L'arbitre Bram Van Driessche a dû stopper la rencontre à la suite de jets de fumigènes de la part des supporters anderlechtois sur la pelouse de Sclessin.

Notre journaliste, Pascal Scimè, a poussé un coup de gueule sur ce qu'il a vu des joueurs anderlechtois qui affirment soutenir leur entraineur, Felice Mazzu, mais ne l'ont pas vraiment montré sur le terrain ce dimanche. "Je n’ai pas vu le soutien du coach dans le non-verbal de certains. Dans la grinta, dans la concentration, dans la détermination, dans la course défensive, dans le fait d’être focus sur des buts, je n’ai pas vu le soutien au coach. Mais je n’ai même pas vu le soutien à eux-mêmes, à leur boulot, à leur métier de footballeur." Il continue en ajoutant : "j’ai vu des joueurs qui étaient perdus, certains le sont depuis plusieurs semaines, et qui ne respectent même pas leur métier. Qui ne respectent même pas - je ne vais pas dire le maillot, car c’est la première chose qu’il faut respecter - mais eux-mêmes en tant que footballeurs." Et de terminer : "si vous montez sur le terrain et que vous nous montrez ça, c’est que vous ne vous respectez pas et que le mal est vraiment plus profond. Que le mal est endémique, qu’il est dans votre personnalité, dans votre façon de percevoir votre métier qui est d’être footballeur. Il ne faut jamais oublier que les entraîneurs, les dirigeants, les joueurs passent. Il y en a en prêt. Dans trois ou six mois, ils ne seront peut-être plus là. Mais les supporters eux sont toujours là."

Notre consultant, Joachim Mununga, insiste sur l'importance du dialogue entre les différentes parties. "C'est primordial. On ne peut pas penser de manière différente, il faut qu'ils regardent dans la même direction." Il ajoute : "la loi du foot veut que l'entraineur paie, c'est à la direction anderlechtoise de trancher. Le foot est beau et parfois cruel. Le Sporting se doit de réagir."

Loading...

Première mi-temps, le Standard déjà devant

Déjà à la mi-temps, l'équipe pointait la supériorité du Standard de Liège, même si le Sporting d'Anderlecht avait dominé les dix premières minutes de la rencontre. Avec notamment le but inscrit par Yari Verschaeren.

Pour Joachim Mununga, "les Bruxellois ont très bien commencé la rencontre. Le but est arrivé assez tôt par Verschaeren qui était très en vue en début de match, extrêmement remuant." Il poursuit : "on avait cette impression que les Anderlechtois jouaient à domicile, tellement ils imprégnaient la rencontre de leur rythme. Tout doucement le Standard est rentré dedans. Un super goal de Nicolas Raskin qui est un peu la locomotive de cette équipe, il fait du bien au Standard. Les Liégeois étaient bien dans leur partie."

De son côté, Pascal Scimè souligne le manque de justesse du Standard dans les dix premières minutes. "Anderlecht était très bon et avait de la justesse car le Standard a voulu commencer la partie comme face à l'Antwerp et Bruges. Un gros pressing sur le porteur qui n'était pas coordonné. Les milieux liégeois sortaient à contre-temps." Mais pour lui, une fois que le Standard s'est mis en route, ce n'était plus la même histoire. "Une fois qu'ils ont commencé à jouer mieux, à se coordonner, qu'il y avait moins de fougue, moins d'impulsivité mais plus de 'cerveaux' dans les courses, on a vu le Standard privé Anderlecht d'espaces et de ballons. Et c'est là qu'on a pu constater les carences du milieu de terrain anderlechtois et le manque de connexion entre Majeed Ashimeru et Amadou Diawara."

Joachim Mununga abonde dans le sens de Pascal Scimè et conclut "le Standard a pris le dessus et a profité de cette zone de doute anderlechtoise. On sent que les Liégeois l'ont bien compris et se sont appuyés dessus."

Ecoutez, réécoutez et abonnez-vous à notre podcast "Complètement Foot"!

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous