Monde Asie

Sri Lanka : le président Rajapaksa perd sa majorité parlementaire et son nouveau ministre des Finances

Manifestation à Colombo

© Ishara S. KODIKARA / AFP

05 avr. 2022 à 05:25 - mise à jour 05 avr. 2022 à 10:12Temps de lecture1 min
Par Belga

Le président sri-lankais Gotabaya Rajapaksa a perdu sa majorité parlementaire et son nouveau ministre des Finances mardi tandis que manifestations et appels à sa démission s’intensifiaient dans un contexte de crise économique aiguë sans précédent.

Le pays de 22 millions d’habitants souffre de pénuries de biens essentiels (aliments, carburant, médicaments), de coupures d’électricité et d’une inflation record, sans que rien ne laisse présager la fin de ces difficultés.

La coalition du Sri Lanka Podujana Party (SLPP) du président Gotabaya Rajapaksa, autrefois toute puissante, a subi une série de défections en amont de la session parlementaire qui s’est réunie mardi.

La dernière en date est celle du nouveau ministre des Finances du Sri Lanka Ali Sabry qui a annoncé mardi quitter le gouvernement, au lendemain de sa nomination par le président Rajapaksa.

"Une rivière de sang"

"Bien que je regrette les désagréments causés, je crois avoir toujours agi dans le meilleur intérêt du pays", a ajouté M. Sabry dans une déclaration, prônant des "mesures nouvelles, proactives et non conventionnelles" pour résoudre les difficultés du pays.

Un député nouvellement indépendant, après avoir quitté la coalition présidentielle, a jugé devant le Parlement mardi qu’il était temps pour le dirigeant de démissionner.

"Si nous n’agissons pas maintenant, une rivière de sang va couler dans le pays", a déclaré Wijeyadasa Rajapakshe. "Nous devons oublier la politique de parti et garantir un gouvernement intérimaire", a-t-il ajouté.

Seize députés du SLPP ont quitté ses rangs privant le président de sa majorité parlementaire courte de cinq membres dans une Chambre qui en compte 225.

Les partis d’opposition ont déjà rejeté l’invitation à former un gouvernement d’union dirigée par Gotabaya Rajapaksa et son frère aîné, le Premier ministre Mahinda Rajapaksa.

Le Parlement a suspendu ses travaux pour permettre aux chefs de parti de se prononcer sur la demande de l’opposition de soumettre la prolongation de l’état d’urgence, qui expire jeudi prochain, à un vote plus tard dans la journée de mardi.

Sur le même sujet…

JT du 31/03/2022

Sur le même sujet

En défaut de paiement, le Sri Lanka en appelle à la générosité de sa diaspora

Monde Asie

Crise économique et politique au Sri Lanka : Levée de l'état d'urgence suite à la perte de la majorité parlementaire

Monde Asie

Articles recommandés pour vous