RTBFPasser au contenu
Rechercher

De plus en plus de chirurgiens voient arriver chez eux des patients qui demandent à ressembler à leurs selfies retouchés. Un terme a d’ailleurs été inventé pour cette tendance un peu flippante : la Snapchat dysmorphophobie. L’Internet Show a décrypté ce phénomène.

Il existe des filtres depuis aussi longtemps qu’il existe des réseaux sociaux. À ses débuts, Instagram proposait déjà une sélection de filtres de couleurs pour rendre nos photos plus stylées. Petit à petit, ces filtres ont évolué, en même temps que les plateformes, avec l’apparition de la réalité augmentée. On est alors passé du simple filtre sépia à celui qui modifie entièrement les visages.

En effet, en quelques secondes, il est aujourd’hui possible de lisser sa peau, d’affiner son nez, de modifier la forme de ses yeux, de rendre ses lèvres plus charnues et d’apporter une totale symétrie à son visage. Un idéal de beauté qui n’est pas toujours sans conséquence car à force de s’habituer à une image “filtrée” d’eux-mêmes, certains développent une perception biaisée de leur véritable visage.

Dans certains cas, la tendance peut même virer à l’obsession : il s’agit de la dysmorphophobie, aussi appelée Snapchat dysmorphophobie. Cette maladie mentale est caractérisée par une préoccupation persistante concernant un défaut de l’apparence physique. Souvent, même si le défaut est minime et discret, les personnes qui souffrent de dysmorphophobie peuvent passer des heures à essayer de le corriger. Souvent âgés de 18 à 25 ans, beaucoup de jeunes adultes seraient prêts à passer sous le bistouri pour se créer un visage sur mesure.

Pour permettre de s’accepter au naturel, plusieurs mouvements tentent de contrer ces nouveaux canons de beauté virtuels, comme le no filter ou le filter drop, qui invitent les utilisateurs à faire tomber le filtre ou à ne pas en utiliser. Ces mouvements permettent de revenir à l’essentiel, en (re) découvrant son apparence sans filtre. Les réseaux sociaux eux-mêmes ont décidé de réagir. En 2019, Instagram interdisait l’utilisation de filtres à effets de chirurgie esthétique sur sa plateforme. C’est un début…

Retrouvez la séquence vidéo ci-dessous et le replay de l’émission ici ! L’Internet Show, c’est tous les jeudis à 19h35 sur Tipik et sur Auvio.

Souffrez-vous de "Snapchat dysmorphobie" ?

L'Internet Show et les rois du bistouri

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

L'anxiété alimentaire : quand l'alimentation devient une préoccupation excessive

Psychologie

Snapchat : une nouvelle fonctionnalité pour faire du shopping en réalité virtuelle

Réseaux sociaux

Articles recommandés pour vous