Belgique

Sortie du nucléaire : deux associations attaquent l’État belge en justice suite à l’arrêt de Doel 3

Deux associations attaquent l’État belge en justice suite à l’arrêt de Doel 3. Photo d'illustration.

© Dursun Aydemir via GETTY IMAGES

27 sept. 2022 à 11:26 - mise à jour 27 sept. 2022 à 13:31Temps de lecture2 min
Par Lucie Dendooven

Plusieurs organisations ont décidé d’attaquer l’État belge, Engie-Electrabel et Elia en justice car elles s’opposent à l'’arrêt de Doel 3 et Tihange 2.

Le mouvement citoyen 100TWh a lancé une action devant le tribunal de première instance de Bruxelles pour empêcher la mise en application de la loi Deleuze de 2003. Il estime que la sécurité d’approvisionnement énergétique ne peut pas être assurée en Belgique sans le maintien de ses centrales nucléaires. Ils veulent une "mise sous cocon" des réacteurs qu’Engie s’apprête à démanteler, de manière à pouvoir les utiliser dès que la Belgique en aura besoin. 

"Le 100% renouvelable est un mythe"

Et cela ne devrait pas tarder, selon Henri Marenne, le porte-parole de 100 Twh :

"Nous avons fait différents calculs de puissance et d’énergie nécessaire. Dans tous nos scénarios, nous avons besoin des centrales nucléaires. Nous nous basons sur les chiffres d’Elia, mais nous n’arrivons pas aux mêmes conclusions. Ils proposent de remplacer l’énergie nucléaire par des importations massives de l’étranger et la construction de centrales au gaz. Or, nous voyons que la construction de centrales gaz, dans le contexte actuel, c’est absurde. Par ailleurs, nos voisins européens, France et Allemagne, diminuent leur capacité privilégient leur approvisionnement national. Récemment, dans la région de Rozenheim en Allemagne, le réseau électrique était très instable et des épisodes de black-out inexpliqués. Ceux-ci se produisent alors que l’Allemagne arrête ses derniers réacteurs nucléaires. "

Selon, Henri Marenne nous devrions prendre exemple sur les Japonais. Ces derniers ont décidé de redémarrer les réacteurs de Fukushima alors qu’ils ont, pourtant, été le théâtre d’un accident majeur en 2011.

Henri Derenne poursuit : "Vous savez, ils pensent même en construire de nouvelles au Japon. Nous, aussi, nous devrions l’envisager au plus vite. Le 100% renouvelable est un mythe. Ça ne marchera jamais parce qu’à chaque pourcent de renouvelable investi, il faut un pourcent d’énergie fossile en back up. Ça veut dire qu’il faut, à chaque fois doublonner l’investissement. C’est complètement aberrant dans le contexte de nos engagements climatiques. Nous avons besoin d’une base solide de nucléaire. "

Pas de démantèlement de Doel 3 sans enquête publique préalable

Simultanément, l’ASBL Vinçotte Nuclear (AVN) mène une action en référé, ce mercredi, pour réclamer une condamnation de l’État belge assortie d’astreintes et pour bloquer les opérations irréversibles de démantèlement de Doel 3 avant qu’une enquête publique et qu’un rapport environnemental et de santé n’ait été établi au préalable, comme l’exige le droit européen.

AVN a quitté le groupe Vinçotte en 1995 pour devenir une agence indépendante de contrôle des installations nucléaires. Elle est composée par d’anciens collaborateurs de l’AFCN consternés de constater une telle précipitation dans les opérations de démantèlement de Doel 3. Ils ne comprennent pas que ces opérations puissent avoir lieu sans que les conditions juridiques préalables ne soient remplies.

Nous avons contacté leur avocat, Ive Van Giels. Il nous explique : "Nous devons nous assurer que ces activités de démantèlement ne présentent aucun danger pour les populations environnantes. Aucune enquête publique préalable n’a été réalisée. Or, cette enquête publique devrait concerner les riverains sur un pourtour de 1000 kilomètres autour de la centrale de Doel. Nous estimons que tout démantèlement doit être stoppé avant que cette enquête publique et cette étude environnementale n’aient été réalisées."

Les deux actions pratiquement simultanées n’ont, semble-t-il, pas été concertées. Elles interviennent dans un contexte de crise énergétique majeure.

Nucléaire : mise à l arrêt du réacteur de Doel 3

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Sortie du nucléaire : "Doel 3 n’est pas démantelée mais mise hors service", affirme l’État belge devant le juge des référés

Belgique

Nucléaire : la Chambre valide la prolongation de Doel 1 et Doel 2

Energie

Articles recommandés pour vous