RTBFPasser au contenu

Le 6/8

Sortie d'une anthologie et d'un inédit à l'occasion des dix ans du décès de Jean Ferrat

Sortie d'une anthologie et d'un inédit à l'occasion des dix ans du décès de Jean Ferrat
13 mars 2020 à 15:25 - mise à jour 14 mars 2020 à 07:522 min
Par François Saint-Amand

Bruno Tummers est revenu sur la mort du chanteur français dans Le 6-8 ce 13 mars, dix ans après sa disparition. Une anthologie anniversaire, Voix libre, sort d'ailleurs à cette occasion ainsi qu'une compilation avec un inédit de Jean Ferrat.

Ces initiatives hommage sont celles de son ami et producteur Gérard Meys d'après Ouest France.

Le chroniqueur rappelle ce triste moment : "Ce décès avait provoqué l'émoi dans la France entière et notamment l'enterrement qui avait été suivi à l'époque par quatre millions de téléspectateurs en France en pleine après-midi, ce qui est quand même assez considérable".

Une carrière à deux visages

MUSIQUE-CHANSON-DECES-FERRAT

Bruno revient dès lors sur le parcours de l'auteur-compositeur-interprète français, un des piliers de la chanson française à texte.

Il analyse ainsi : "Jean Ferrat a réalisé une carrière dans la discrétion, comme l'a vécu un peu plus tard Francis Cabrel qui est un peu dans sa lignée. Il a d'abord été un très gros vendeur dans les années 60-70 avec son tube : "La montagne".

Cette chanson présage quelque peu l'isolement de Jean Ferrat à Antraigues-sur-Volane, un village de l'Ardèche, région qu'il chante sans la nommer dans ce premier grand succès. La montagne, "parlait déjà de la désertification des campagnes" indique également Bruno Tummers.

Il détaille ce basculement de carrière : "Il va s'éloigner de Paris, du show-biz, il va arrêter les concerts au début des années 70 et va ralentir le rythme de parution des albums".

Un chanteur très engagé

BIO-FERRAT-PORTRAIT

Jean Ferrat, outre de superbes textes naturalistes, a montré un engagement fort dans ses chansons. Bruno Tummers rappelle ainsi : "Il a beaucoup chanté la révolte, et l'égalité entre les êtres, la fraternité. Il était proche du parti communiste sans jamais en avoir eu la carte, être encarté dans ce parti-là".

Outre le coffret Voix libre sort la compilation Je ne chante pas pour passer le temps. On y retrouve un inédit, "qui fait un peu référence à ce combat humanitaire" : Dis-moi, qu'as-tu fait du temps des cerises, un titre enregistré en 1991 pour l'album Dans la jungle ou dans le zoo mais qui n'était finalement pas paru. Écrit vraisemblablement pour critiquer la fin des années François Mitterrand, le titre est une référence à la célèbre chanson Le temps des cerises de Jean-Baptiste Clément. Composée en 1866, elle a fortement été associée aux épisodes de la Commune de Paris en 1871, l'événement révolutionnaire qui a toujours servi d'inspiration aux socialistes et communistes.

Jean Ferrat était aussi "très préoccupé par des problèmes de sociétés qui n'ont pas forcément évolué" explique aussi Bruno, comme le chômage de la jeunesse.

Que serais-je sans Jean Ferrat?

Un coffret collector à l'occasion des dix ans du décès de Jean Ferrat
Un coffret collector à l'occasion des dix ans du décès de Jean Ferrat

Enfin, on ne peut pas évoquer l'artiste sans oublier qu'il a également beaucoup chanté l'amour comme avec Que serais-je sans toi ou Aimer à perdre la raison. Bruno détaille : "Il avait une voix de crooner qui faisait passer les sentiments et le romantisme".

L'anthologie Voix libre, qui comprend les albums 60 et 70 est publiée à 3000 exemplaires. Elle se consacre à toutes les années sous les maisons de disques Decca et Barclay de l'artiste ardéchois, soit de 1960 à 1972, correspondant à tous ses grands tubes ainsi qu'à "plusieurs reprises d'Aragon parce qu'il a mis beaucoup de poèmes en musique aussi" précise encore Bruno.

Articles recommandés pour vous