RTBFPasser au contenu
Rechercher

Son prix va augmenter: "Aujourd'hui, le pain est vendu pour rien"

28 oct. 2021 à 12:45 - mise à jour 28 oct. 2021 à 13:55Temps de lecture2 min
Par A. Dulczewski

La facture d'électricité ou de gaz n'est pas le seul poste qui va peser plus lourd sur le portefeuille... le prix de certains produits alimentaires - dont le pain - devrait également augmenter. Selon la Fédération francophone de la Boulangerie Pâtisserie, il y a deux explications à cela. 

Le prix de la farine 

Tout d'abord, "le prix de farine a augmenté, entre 75 et 100 euros par tonne", indique Albert Denoncin, président de la Fédération francophone de la Boulangerie Pâtisserie. "Certains meuniers ont déjà appliqué la hausse au 1er octobre, d'autres ne l'ont pas encore appliquée car cela dépend aussi des stocks qu'ils avaient encore."

Conséquence: en bout de course, "ce sont les boulangers doivent adapter leurs prix. Et cela commence tout juste à évoluer." 

Pourquoi le prix de la farine augmente-t-il? A cause de "l'été pourri que nous venons de passer", explique Albert Denoncin, "il y a eu des pluies abondantes, une qualité et un rendement bien moindres"


>>> A lire aussi: Oubliez la levure, aujourd'hui pain rime avec levain


Selon lui, il est impossible de pouvoir déterminer à quel point les prix vont augmenter. Mais pour lui, c'est sûr: "Tout le monde sera concerné, que ce soit le petit boulanger ou la grande boulangerie." Cela dit, ajoute Albert Denoncin, "il est clair que celui qui va payer 20 tonnes de farine en un coup paiera fatalement moins cher. Mais ça a toujours été comme ça".

Aussi, continue-t-il, "on ne peut absolument pas comparer les prix des petits artisans et ceux des grandes surfaces car les grandes enseignes font du pain un produit d'appel. Ainsi, ils vendent un pain pour '4 sous' et ils récupèrent de l'argent sur les autres produits qu'ils vendent."

L'explosion des prix de l'énergie : la véritable inquiétude

Mais la véritable source d'inquiétude des boulangers est ailleurs. "A vrai dire, ce n'est pas tant la hausse du prix de la farine qui nous inquiète. D'autant que finalement, ce n'est qu'une juste rémunération des agriculteurs", souligne Albert Denoncin. "Ce qui nous inquiète le plus, c'est la part que l'énergie va occuper dans ce prix du pain. L'électricité a pratiquement doublé de prix, il y a une hausse du prix du mazout, du gaz aussi. Et nous, nous sommes de grands consommateurs d'énergie". 

Au final, ajoute-t-il, "ça représente beaucoup plus que l'augmentation du prix de la farine." 

Le pain est vendu pour rien

Pour Albert Denoncin, il faut cependant relativiser. Par rapport à d'autres produits, dit-il, "le pain est vendu pour rien".

Il l'affirme :"Si on comptait nos heures réelles de production, le pain coûterait le double du prix. Pour faire un pain correct, il faut 7 heures".

Albert Denoncin pointe du doigt le fait que la prix du pain ait longtemps été fixé (ou du moins contrôlé) par l'Etat. "C'est la raison pour laquelle le pays a vu disparaitre 28.000 boulangers depuis la guerre", assure-t-il. "Actuellement, nous sommes encore 3000 et si le prix du pain n'avait pas été libéré en 2005, je pense il n'y aurait plus du tout de boulangeries, il n'y aurait que l'industrie. Mais les gens ont tellement été habitués à ce prix bas, que c'est très difficile à changer."

Comment le prix du pain a-t-il évolué?

Loading...

Concrètement, il faut dire que le prix du pain n'a pas tant évolué ces dernières années par rapport aux autres produits. Les données récoltées sur base de relevés réalisés chaque mois indiquent que, depuis 2006, l'indice du prix du pain a augmenté à un rythme similaire que les autres produits, à cause de l'inflation.

Et quand on compare aux produits exclusivement alimentaires, le prix du pain a même évolué un peu moins vite que la moyenne (voir graphique ci-dessus). 

Extrait du JT du 28 octobre 2021

Sur le même sujet

14 mars 2022 à 16:03
Temps de lecture3 min
18 janv. 2022 à 13:48
Temps de lecture2 min