Belgique

Sommet: Y. Leterme évoquera les bombes de Kleine-Brogel

RTBF

© RTBF

12 avr. 2010 à 15:46Temps de lecture2 min
Par Belga/RTBF

La Belgique va accorder 300 000 dollars (environ 200 000 euros) au fonds de sécurité nucléaire de l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA), a indiqué Yves Leterme, en marge du sommet convoqué à Washington par le président américain Barack Obama.

Le chef du gouvernement est l'un des quelque 40 dirigeants participant à ce sommet de deux jours visant à empêcher que des groupes terroristes s'emparent d'une arme atomique.

"Nous devons au maximum réduire le risque que des matériaux nucléaires tombent en de mauvaises mains et nous devons protéger les gens contre l'utilisation terroriste de l'énergie atomique", a expliqué Yves Leterme avant le début du sommet.

La Belgique peut également jouer un rôle, a-t-il ajouté. Il a cité le Centre d'étude de l'énergie nucléaire (CEN) de Mol, l'Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN) et l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM), qui peuvent s'inscrire dans la philosophie de coopération internationale pour lutter contre la prolifération.

Les bombes de Kleine-Brogel

"Nous allons demander au conseiller à la sécurité Jones quelles sont les conséquences possibles de la politique américaine pour l'arsenal nucléaire disponible en Europe", a dit Yves Leterme avant l'ouverture du sommet.

Il devrait être question durant cet entretien des armes nucléaires tactiques américaines présumées stockées sur la base aérienne de Kleine Brogel.

Depuis l'arrivée de ces bombes, au début des années 60, les gouvernements successifs n'ont en général ni confirmé ni démenti leur présence, se contentant d'indiquer que les avions qui y sont basés disposent d'une "double capacité" (conventionnelle et nucléaire). Il semble acquis que de dix à vingt bombes aéroportées de type B61 y sont stockées, sous la garde de militaires américains.

Selon des experts, quelque 240 de ces armes en tout sont entreposées dans cinq pays de l'OTAN (Allemagne, Belgique, Italie, Pays-Bas et Turquie).

Fin février, les ministres des Affaires étrangères de cinq pays alliés - l'Allemagne, la Belgique, le Luxembourg, la Norvège et les Pays-Bas - ont écrit au secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Ramsussen, pour réclamer un "grand débat" sur la politique nucléaire de l'Alliance lors d'une réunion ministérielle à Tallinn, le 22 et 23 avril.

Le sommet de Washington intervient après la signature du nouveau traité START de désarmement nucléaire russo-amérciain, l'annonce d'une nouvelle doctrine nucléaire des Etats-Unis limitant les cas d'emploi de la bombe, et avant la conférence de révision du traité de non-prolifération nucléaire (TNP), en mai au siège newyorkais de l'ONU.


Belga

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Kleine-Brogel abrite une vingtaine d'armes nucléaires, selon un expert

Belgique

Wikileaks: il y a bien des armes nucléaires à Kleine-Brogel

Belgique

Articles recommandés pour vous