Monde Afrique

Sommet à Tunis : le Japon veut contribuer à "une croissance de qualité" en Afrique

© Tous droits réservés

27 août 2022 à 14:34Temps de lecture3 min
Par Belga

Le Premier ministre japonais a dit vouloir contribuer à une "croissance de qualité" en Afrique, au premier jour samedi d'un sommet avec le continent à Tunis, annonçant "des investissements de 30 milliards de dollars" sur trois ans.

Le Japon donne "la priorité à une approche valorisant 'l'investissement humain' et une 'croissance de qualité'", a déclaré Fumio Kishida, dans un discours au 8e sommet Ticad (Tokyo International Conference on African Development).

Ces fonds "privés et publics" devront être consacrés à "la promotion d'une économie verte" qui bénéficiera d'une enveloppe de 4 milliards de dollars, a dit M. Kishida en visioconférence depuis Tokyo, n'ayant pu faire le voyage pour cause de Covid.

"Pour améliorer la vie des Africains, nous fournirons aussi jusqu'à 5 milliards de dollars cofinancés avec la Banque africaine de développement" (BAD), a ajouté M. Kishida, dont un milliard pour "des restructurations de dettes". 

Mise en garde contre la Chine

Lors de la précédente Ticad en 2019, l'ancien Premier ministre Shinzo Abe avait mis en garde l'Afrique contre le danger d'accumuler des dettes "excessives", une allusion à la Chine.

Pékin n'a cessé d'accroître ces dernières années son influence dans la région via son ambitieux projet d'infrastructures des "Routes de la soie".

Le Japon veut aussi aider le continent face aux pénuries découlant de la guerre en Ukraine, à hauteur de 300 millions de dollars de co-financements avec la BAD, pour "la production de nourriture et la formation de 200.000 personnes dans l'agriculture". 

Une vingtaine de dirigeants africains (chefs d'Etat ou Premiers ministres) assistent au Ticad, selon des sources tunisiennes, ainsi que 5.000 personnes conviées à un forum d'entrepreneurs et à des conférences parallèles.

Dans son discours, le président tunisien Kais Saied, hôte du sommet, a appelé "à chercher ensemble les moyens pour les Africains d'accomplir les rêves et espoirs de la première génération après l'indépendance". 

Il a aussi salué la réussite japonaise qui a su "parvenir au développement tout en préservant sa culture et ses traditions".

Le président sénégalais Macky Sall, président en exercice de l'Union africaine, a rendu hommage "au partenariat de référence" avec le Japon, saluant des "résultats concrets dans l'agriculture, la santé, l'éducation, l'hydraulique".

Depuis leurs créations en 1993, les sommets Ticad, co-organisés avec les Nations unies, la Banque mondiale et l'UA, ont généré 26 projets de développement dans 20 pays d'Afrique.

Quête de souveraineté

Pour M. Sall, les priorités africaines sont "la quête d'une souveraineté pharmaceutique" avec un accroissement de la production (locale) de vaccins et médicaments et "la souveraineté alimentaire". L'Afrique dispose de 60% de terres arables, de ressources hydrauliques importantes et de main d'oeuvre, mais elle veut "des investissements pour une coopération bénéfique".

L'Afrique voudrait aussi "une réallocation de droits de tirage spéciaux" du FMI, pour l'aider à se relancer après les ravages économiques de l'épidémie de Covid et de la guerre en Ukraine, a plaidé M. Sall.

"L'Afrique plaide aussi pour la suspension des intérêts de la dette par le G20" et a demandé un siège au sein de ce groupement des 20 premières économies "afin d'assurer une meilleure prise en charge des intérêts du continent". Selon M. Sall, cela pourrait se concrétiser "au prochain sommet G20 à Bali" en novembre.

Avant son démarrage, le sommet de deux jours a connu un accroc diplomatique avec le départ de la délégation marocaine et le rappel de l'ambassadeur à Tunis, en réaction à la venue au Ticad du chef du Front Polisario, qui réclame l'indépendance du territoire du Sahara occidental, Brahim Ghali. 

Se défendant d'avoir abandonné sa "traditionnelle neutralité", Tunis a à son tour rappelé son ambassadeur au Maroc, assurant que la République arabe sahraouie démocratique (RASD) que préside M. Ghali, avait été conviée par l'Union africaine dont elle est membre.

Macky Sall a dit "regretter l'absence du Maroc faute de consensus sur une question de représentation", espérant que "ce problème trouvera une solution".

La Ticad est importante politiquement pour le président Saied, auteur il y a un an d'un coup de force par lequel il s'est arrogé tous les pouvoirs. Et économiquement parce que la Tunisie en crise espère attirer des investisseurs sur 80 projets pouvant créer 35.700 emplois.

 

Recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous