RTBFPasser au contenu

Regions

Soignies: réfugiés et allocataires sociaux solidaires

Soignies: réfugiés et allocataires sociaux solidaires
04 déc. 2015 à 10:22 - mise à jour 04 déc. 2015 à 10:223 min
Par Stéphanie Vandreck

C’est une maison de belle taille, complètement rénovée, bien située en plein centre de Soignies. Ses propriétaires, un couple qui a souhaité rester anonyme, auraient pu la louer à un bon prix à des particuliers, mais ils ont tenu à la mettre à disposition d’une famille de réfugiés. "Pour nous c’est une première, explique le président du CPAS de Soignies, Hubert Dubois (PS). C’est vrai que plusieurs familles sonégiennes nous avaient déjà proposé d’accueillir un ou plusieurs demandeurs d’asile, mais FEDASIL n’accepte pas les accueils en famille privée. Ici, c’est différent, le CPAS devient en quelque sorte courtier entre ces propriétaires et FEDASIL".

Un appel aux bonnes volontés

Pour pouvoir accueillir une famille de réfugiés d’ici quelques semaines, il fallait parachever le travail : décaper les planchers et boiseries, peindre… Le CPAS a lancé un appel aux volontaires parmi ses allocataires sociaux les plus précarisés et, spontanément, plusieurs d’entre eux ont proposé de retrousser leurs manches.

Certains demandeurs d’asile, actuellement hébergés à Soignies, via l’Initiative locale d’Accueil (ILA), leur ont aussitôt emboîté le pas, même s'ils savent que la maison ne leur sera pas destinée. "Plutôt que de rester sans rien faire, on a voulu aider et donner un coup de main au CPAS pour bien accueillir cette famille qui va arriver, comme nous nous avons été bien accueillis ici", raconte Hassan. "C’est tout ce qu’on a à offrir, donc on le fait avec plaisir", ajoute Mamoud.

Ça avance très vite

Ils sont guinéens, libanais, syriens… Certains sont en Belgique depuis déjà plusieurs années et attendent leur régularisation, d’autres sont arrivés il y a à peine quelques semaines. Ils ont, pour la plupart, une vingtaine d’années et sont arrivés seuls, sans leur famille. Ils ne se connaissaient pas il y a une semaine, ne parlent pas la même langue et n'ont, même pour certains, jamais travaillé dans le bâtiment. Et pourtant les travaux avancent vite. "Ils sont tous très motivés. On travaille dans une bonne ambiance, en musique, en chantant… Et à huit, ça avance en effet très vite", confirme Benjamin Hannon, stagiaire éducateur chargé d’encadrer le groupe.

Des moments privilégiés

Ce projet commun leur permet aussi de "briser la glace" avec les travailleurs sociaux, autrement que lorsqu'ils les rencontrent derrière un bureau. "C’est un plus. En travaillant avec eux, j’ai appris des choses que je n’aurais pas apprises autrement. Ils vont me parler de choses à propos desquelles je n’aurais pas osé leur poser de questions, comme par exemple comment ils vivent psychologiquement cette situation difficile. Je ne leur pose jamais de questions intrusives, mais lors de moments comme ça, ils se livrent un peu plus". Benjamin les accompagne aussi dans leurs diverses démarches en vue d’obtenir leur régularisation. Ils suivent même des cours de français, dont ils appliquent déjà les rudiments sur le chantier.

Vingt places d’accueil

Soignies accueille en ce moment quinze personnes placées par FEDASIL en attente de régularisation : onze personnes seules, hébergées dans des studios partagés du CPAS ; et une famille.

Avec la nouvelle famille qui occupera cette maison, la capacité d’accueil passera à 20 places. "Comme dans chaque cas, une fois le statut définitif prononcé, que la régularisation soit acceptée ou non, le bâtiment sera remis à la disposition d’une autre famille demandeuse", précise Hubert Dubois.

La capacité d’accueil devrait encore s’étendre d’ici le 31 décembre 2016. Le CPAS espère donc que cette initiative incitera d'autres propriétaires à se manifester. Mais aussi qu'elle diffusera une image plus positive des réfugiés au sein de la population. "On fait ce qu’on peut. En tout cas on fait ce qu’on a le sentiment de devoir faire, on le fait du mieux qu’on peut", ajoute-t-il.

Soignies : rénovation de logements pour réfugiés

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous