RTBFPasser au contenu

Coronavirus

Soigner les vaccinés en priorité ? "C’est contraire aux règles déontologiques et à la loi sur les droits du patient"

Soigner les vaccinés en priorité ? "C’est contraire aux règles déontologiques et à la loi sur les droits du patient"
05 déc. 2021 à 14:152 min
Par Estelle De Houck

Cette semaine, nous vous racontions l’histoire d’Ines : non-vaccinée, elle se voyait refuser un rendez-vous chez le dentiste. Selon elle, l’accès aux soins serait différent selon le statut vaccinal. Alors, les personnes vaccinées pourraient-elles bientôt devenir prioritaires pour se faire soigner ? Selon deux membres du comité consultatif de Bioéthique de Belgique, cela n’est guère sur le point d’arriver.

"C’est contraire aux règles déontologiques. Et c’est aussi contraire à la loi sur les droits du patient", résume l’avocate Jacqueline Herremans, membre du comité consultatif. "C’est contraire à toute éthique en ce qui concerne les soins qui doivent être apportés aux personnes."

Le point de vue déontologique

Discriminer un patient sur base d’un critère tel que la vaccination est donc contraire au code de déontologie médicale.

Le médecin soigne avec la même conscience tous les patients, sans discrimination

L’article 30, par exemple, indique que "l’activité médicale est guidée par une réflexion éthique, respectueuse du patient, des tiers et de la société. Le médecin ne pose aucun acte contraire à la dignité humaine. Le médecin soigne avec la même conscience tous les patients, sans discrimination."


►►► À lire aussi : À la rencontre des non vaccinés : "Nous ne sommes pas tous des tarés ou des complotistes"


Le point de vue juridique

Même constat du côté juridique. Refuser de soigner un patient parce qu’il n’est pas vacciné est contraire à la loi du 10 mai 2007 sur la discrimination. Mais également à l’article 5 de la loi du 22 août 2002 relative aux droits du patient.

"Le patient a droit, de la part du praticien professionnel, à des prestations de qualité répondant à ses besoins et ce, dans le respect de sa dignité humaine et de son autonomie et sans qu’une distinction d’aucune sorte ne soit faite", peut-on lire dans cette loi.


►►► À lire aussi : Allemagne, Autriche, Grèce… : ces pays où les non-vaccinés font l’objet de restrictions sanitaires


Autrement dit, un patient non vacciné ne peut donc être exclu des soins pour cette raison. Il a le droit d'être soigné de la même manière qu’une personne vaccinée. Le cas contraire est donc illégal.

"Un médecin est tenu, de par son métier, de soigner tout le monde sans discrimination", rappelle à nouveau Gilles Genicot. Il n’est donc pas question de différencier les patients en fonction de leur statut vaccinal.

Sur le même sujet...

JT du 27/11/2021

Articles recommandés pour vous