RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article video.

Matière grise

Soigner le cœur par radiothérapie anticancer ?

Qu’est-ce que la cardio-oncologie ?

Patrice Goldberg sur Vivacité

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

08 mars 2022 à 12:15 - mise à jour 08 mars 2022 à 14:24Temps de lecture3 min
Par Elisabeth Mol

Nous le savons bien : " l’union fait la force " ! Et c’est aussi le cas en médecine. Deux équipes ultraspécialisées, l’une en cardiologie, l’autre en oncologie, ont décidé de mettre leur expertise en commun pour concevoir une procédure innovante : la radiothérapie du cœur.

L’union fait la force

Dans certains services comme ceux d’oncologie par exemple, la collaboration entre plusieurs disciplines est monnaie courante : si l’on vous découvre une tumeur, vous recevrez possiblement des traitements comme de la chimiothérapie, de la radiothérapie, de l’immunothérapie, de l’hormonothérapie ou encore des soins intégratifs. Et vous serez également suivi par le service de cardiologie, car après un cancer, une surveillance du cœur peut être utile.  

Désormais, cette collaboration entre oncologues et cardiologues se vérifie aussi dans l’autre sens : des patients souffrant de problèmes cardiaques peuvent eux aussi bénéficier d’expertises dans le domaine du cancer. Cette alliance, c’est ce que l’on appelle la cardio-oncologie.

La cardio-oncologie

L’histoire d’un patient traité au Canada a montré tout l’intérêt de cette association. M. Saad souffrait d’arythmies cardiaques fréquentes : son cœur subissait d’importants soubresauts plusieurs fois par heure. Au-delà de l’inconfort ressenti, il risquait d’en mourir à plus ou moins court terme.

Comment expliquer des arythmies si fréquentes ? Elles peuvent être dues à une maladie coronarienne qui engendre des cicatrices à la surface du cœur. Or, le cœur est une pompe qui est alimentée par des nerfs, et donc par de l’électricité. Et ces cicatrices empêchent l’électricité de bien y circuler.  

Dans le cas de M. Saad, les traitements classiques (médicaments, défibrillateur) ne suffisaient plus à contrôler le fonctionnement du cœur, la seule solution était donc une greffe. Mais l’attente est longue et il s’agit d’une opération extrêmement lourde...

Brûler les cicatrices du cœur

C’est ici que la cardio-oncologie entre en jeu. Pour venir à bout des cicatrices et éviter à leur patient une opération à cœur ouvert, les cardiologues ont eu l’idée de faire appel à une autre expertise, l’oncologie. Et plus particulièrement à l’un de ses traitements : la radiothérapie.

Souvent utilisée pour combattre des tumeurs, elle les fait disparaitre en brûlant les tissus cancéreux avec des rayons. Dans le cas de M. Saad, l’idée était donc de brûler ses cicatrices à la surface du cœur pour permettre à l’électricité de bien circuler à nouveau.

Cette intervention innovante a demandé une grande préparation et une très bonne communication entre les équipes. Mais le résultat est probant : sans subir d’opération invasive, M. Saad a retrouvé une bien meilleure qualité de vie. Ses arythmies ont diminué et il a retrouvé une part de son endurance.

Aujourd’hui, seuls quelques centaines de patients ont pu bénéficier de cette association d’expertises, mais ce chiffre devrait augmenter dans les années à venir. S’il faudra être attentif aux éventuels effets indésirables de l’exposition du cœur à des rayonnements intenses, beaucoup de cardiologues s’accordent à dire que cette belle collaboration permettra sans doute de sauver des vies.

Soigner le cœur par radiothérapie anticancer ?
Soigner le cœur par radiothérapie anticancer ? Alexandr Kolesnikov Getty Images

Sur le même sujet

Cancer de l’utérus : l’UZ Leuven présente un nouveau traitement prometteur

Santé & Bien-être

Articles recommandés pour vous