RTBFPasser au contenu

SNCB: un train, des rails

SNCB: un train, des rails
06 janv. 2016 à 11:122 min
Par Philippe Walkowiak

A l’heure où le rail belge est à moitié paralysé, Bart De Wever aura une fois de plus réussi à se placer au milieu du débat, à contraindre les autres acteurs à réagir à ses propositions.

Farfelue, irréaliste cette scission du réseau " national " ? N’a-t-on pas dit autre chose du fédéralisme en Belgique à la fin des années 60 ? Qui se souvient de la régionalisation des réseaux interconnectés de la SNCV en 1990 ou de la SNE en 1986 ?

Communautaire

Dans un tel contexte, le président de la N-VA ne pouvait pas manquer l’occasion : demander la régionalisation d’un des derniers vestiges " nationaux " (avant la privatisation de Belgacom ou de B-Post, que la majorité fédérale vient de rendre possible ?) tout en fustigeant ces Wallons d’extrême-gauche gréviculteurs. C’est presque trop beau.

La régionalisation du rail est au programme de la N-VA. Au MR, on répète que ce n’est pas dans l’accord de gouvernement et que ce sera de toute façon matériellement impossible à opérer.

Mais qu’est-ce qui empêche un train de faire un aller-retour Anvers-Bruxelles ou d’opérer une boucle via Zaventem (cadeau de la SNCB à l’aéroport " flamand " que l’on refuse à Charleroi) ? En Belgique, aucun transfert de compétence n’a été envisagé sous l’aspect du surcoût, sinon bon nombre de matières seraient toujours fédérales. La Wallonie aurait-elle quelque chose à y perdre, si ce n’est que la majorité des investissements de modernisation ont déjà été effectués en Flandre par les directions successives des chemins de fer ?

Sur la défensive

Dans un tel contexte, Jacqueline Galant doit assumer la déclaration gouvernementale qui n’ayant pas peur des contradictions, entend diminuer le budget des chemins de fer de 20% tout en augmentant la productivité de 20% en 5 ans avec un niveau de performance du service au client qui nous place dans le top 5 européen, avait tenu à préciser la ministre.

A la SNCB, on se prépare en plus à réduire le volume de l’emploi ; la ministre Galant refuse de citer des chiffres comme elle remet à plus tard un autre dossier " impossible " : le service minimum pourtant promis à forte voix par les partenaires de la majorité fédérale. Le train de mesures est en tout cas lancé...

Sur le rail, 2016 risque dès lors de ressembler à 2015 mais il n’est pas sûr que la situation ait beaucoup évolué au 31 décembre ce qui au fond, risque de ne pas trop déranger député/président/bourgmestre d’Anvers qui verrait ainsi ses analyses ferroviaires confortées. C'est déjà sur les rails...

@PhWalkowiak

 

 

Articles recommandés pour vous