RTBFPasser au contenu

Belgique

SNCB: "Les Belges vont-ils quitter la voiture pour le train?"

temporary-20150208014247
08 févr. 2015 à 12:42 - mise à jour 08 févr. 2015 à 15:184 min
Par Aline Glaudot
SNCB: "les belges vont-ils quitter la voiture pour le train?"

Le nouveau plan de transport est sur les rails depuis le 15 décembre dernier. Alors est-il mieux ou moins bien que le précédent ? Un question épineuse et presque paradoxale: d'un côté la SNCB affirme que oui alors que du côté des navetteurs 9 personnes sur 10 se disent insatisfaites.

Gianni Tabbone, responsable du site navetteurs.be confirme : "C’est à peu près ça, même si c’est plus facile de répondre à une enquête quand on n’est pas content. Le taux d’insatisfaction peut paraître élevé mais c’est un signal pour la SNCB." Les raisons majeures ? "La ponctualité, les problèmes de capacité et de fiabilité du matériel."

Sur ce point, Michael Vanloubbeeck, directeur de la communication de la SNCB, souhaite replacer les choses dans leur contexte : "La ponctualité se dégradait année après année depuis 2009 et ce indépendamment d’un nouveau plan de transport. En 2014, la ponctualité s’est améliorée." Une amélioration de 0,4% en janvier 2015 par rapport à janvier 2014. Il reconnait cependant que Mons reste un cas particulier "car il y a beaucoup moins de voies d’exploitation possibles. Ce sont des problèmes liés à des travaux."

temporary-20150208014247
temporary-20150208014247 © Tous droits réservés
temporary-20150208014247
temporary-20150208014247 © Tous droits réservés

Polémique SNCB/Test-Achats

Mercredi dernier, Jo Cornu, administrateur général de la SNCB était invité à s’exprimer devant le commission Infrastructure du Parlement. Il avait alors fustigé l’enquête de Test-Achats, estimant que la déontologie de ceux-ci devait "tenir sur un timbre-poste".

Aujourd’hui, on est bien loin du temps des excuses à la SNCB. Elle ne souhaite d'ailleurs pas revenir sur l’enquête qu’elle juge confuse et obsolète : "Il y a confusion d’informations entre l'enquête qui date d’il y a huit mois et le nouveau plan de transport".

Peu importe, pour Jean-Philippe Ducart, porte-parole de Test–Achats, "on ne va pas délibérer sur les délires de Jo Cornu. Il a juste dérapé, il a voulu semer la confusion sur une enquête réalisée entre mars et mai 2014 qui démontrait des problèmes flagrants." Il ajoute : "La SNCB ne sonde pas le public, ou en tous cas, si elle le fait, elle ne donne jamais les résultats." Un public qui selon des témoignages Test-Achats vit un "enfer" depuis l'entrée en vigueur de ce nouveau plan.

"Jo Cornu s’est trompé de colère, de cible, en attaquant Test-Achats", soutient le député fédéral Marcel Cheron (Ecolo). "Il pense qu’il peut se permettre d’être méprisant avec les navetteurs, or ce sont eux qui utilisent le train. Quand un navetteur perd une heure, il perd une heure sur une journée et sur toute une année c’est beaucoup. Nous aimons la SNCB, mais malheureusement aujourd’hui la perception des navetteurs est mauvaise."

L’école doit-elle s’adapter aux nouveaux horaires ?

Jo Cornu aurait récemment fait croire que les écoles devaient s’adapter au nouveau plan de transport. Est-ce réellement ce qui s’est dit en commission ? "Je vais vous dire ce qui s’est dit pour éviter toute polémique, répond la députée fédérale Vanessa Matz (cdH). "Les nouveaux horaires de la SNCB ont été publiés sur le site de la SNCB en juillet 2014, les écoles ont dès lors largement eu le temps de s’y habituer et de s’adapter."

Des propos qui offusquent la députée : "C’est le monde à l’envers. Comment peut-on imaginer que la SNCB, qui reste un service public, demande aux écoles qu’elles s’adaptent à leurs horaires ? C’est farfelus." Pour Vanessa Matz (cdH), il y a des problèmes entre les nouveaux horaires proposés par la SNCB et les horaires des écoles. Et ce qui va se passer selon elle, c’est que les élèves vont déserter les lignes de chemins de fer qui ne les amènent plus à l’heure en cours. Résultat "certaines lignes vont être supprimées car moins fréquentées."

"Vous avez des écoles qui commencent à des heures différentes, c’est difficile pour les trains de s’adapter.Or nous essayons de satisfaire le plus grand nombre.", explique Michael Vanloubbeeck. A ce propos, il expose qu’ils ont réussi, aux termes de discussions, à trouver des solutions pour pallier aux problèmes d’horaires sur certains axes du sud du pays.

Jacqueline Galant (MR) confirme et rajoute qu' il faudrait également "une complémentarité entre les différents moyens de transport du pays. Il faut créer une chaîne de la mobilité." A cela, Marcel Cheron (Ecolo) rajoute "Jo Cornu a reconnu que la concertation avec les autres moyens de transport en commun n’a pas eu lieu. Or, c’est quand même le minimum."

SNCB: "les belges vont-ils quitter la voiture pour le train?"

Vers quel type de mobilité ?

"La question fondamentale est 'Quelle mobilité voulons-nous' ? Voulons-nous un transport de masse de grandes villes à grandes villes ?" demande Vanessa Matz (cdH). Gianni Tabbone la rejoint et explique que, selon lui, "c’est un plan de transport destiné à servir au mieux les grandes villes, le tout au détriment des villes moins peuplées et des lignes rurales." Pour le responsable de navetteurs.be, le problème est lié au budget, un budget qu'il juge restreint et fermé : "La balle est dans le camp politique. Quand vont-ils se décider à donner les moyens pour une meilleure mobilité ?

Pour Ecolo, la vraie question est de savoir "si oui ou non avec ce nouveau plan de transport les gens vont abandonner la voiture pour aller vers le train ? Pour le moment hélas c’est le contraire qui se passe."

Reste que le train jusqu’ici reste un moyen de transport beaucoup plus sûr que la voiture "et question de sécurité, Jo Cornu s’attelle tous les jours à l’améliorer. C’est peut-être ça le plus important", conclut Michael Vanloubbeeck.

RTBF

 

Pour débattre, Baudouin Remy avait invité :

Jacqueline Galant: MR, ministre de la Mobilité

Michael Vanloubbeeck: directeur de la communication et affaire publiques de la SNCB

Gianni Tabbone: porte-parole de l'ASBL Navetteurs.be

Jean-Philippe Ducart : porte-parole de Test- Achats

Vanessa Matz: cdH, députée fédérale

Marcel Cheron: Ecolo, député fédéral

Sur le même sujet

20 févr. 2015 à 04:39
1 min

Articles recommandés pour vous