RTBFPasser au contenu

"Singe", "Retourne à Molenbeek", "Arabe": incident raciste chez les pompiers de Bruxelles, enquête en cours

Racisme : un pompier en formation dépose plainte

JT 19h30

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

29 oct. 2019 à 09:21 - mise à jour 29 oct. 2019 à 16:403 min
Par Karim Fadoul

"Arabe", "Pute", "Suceur", "Merde", "Singe", "Retourne à Molenbeek"… Les insultes sont violentes et clairement à caractère raciste et homophobe. Elles ont été rédigées au marqueur indélébile sur le casque d’un pompier en formation d’origine maghrébine. L’incident, rapportent à la RTBF plusieurs sources concordantes, a eu lieu vendredi dernier. Le propriétaire du casque rejoignait, en matinée, le local où sont rangés les équipements de travail lorsqu’il a découvert les inscriptions sur son casque.

Croix gammée et tranches de jambon

Le ou les auteurs ont rédigé les outrages en utilisant les lettres composant le nom de famille du pompier, repris à l’arrière du casque. Il(s) a (ont) également dessiné un pénis et une croix gammée apparaît sur l’une des photos que la RTBF a pu se procurer. Photos pour lesquelles nous avons choisi de masquer le nom de la victime.

Depuis vendredi, l’incident alimente les conversations au sein du SIAMU bruxellois, principalement à l’état-major, avenue de l’Héliport, où les faits ont été constatés. D’autant qu’un nouvel incident visant la même recrue a été relevé ce mardi: son casier a été forcé dans la nuit et des tranches de jambon ont été déposées sur ses vêtements ainsi qu’une canette de bière. La police a été appelée sur place, plainte a été introduite par la victime et le SIAMU.

Dans une note interne diffusée après le premier incident, la direction disait "condamner fermement cet acte inadmissible et punissable par la loi".

La note interne diffusée par la direction suite à l'incident.
"Retourne à Molenbeek" rédigé sur le casque du pompier.

La direction promet une enquête interne "pour procédure disciplinaire". Elle ajoute : "Cet acte est contraire à toutes nos valeurs. Les Pompiers de Bruxelles défendent la dignité humaine, tant pour le personnel que pour les personnes que nous secourons chaque jour."

La note se termine par une dernière phrase : "Par respect pour la victime, la Direction demande de ne pas partager les éventuels posts des réseaux sociaux à ce propos". Pour éviter une médiatisation et éteindre rapidement l’incendie en interne ?

"Singe" sur la visière du casque.
Une tranche de jambon sur le vêtement du pompier.

En tout cas, Walter Derieuw, le porte-parole du SIAMU confirme les faits à la RTBF et précise que si "ceux-ci sont rares, ils restent graves et sont de trop. S’il s’avère que ces deux actes sont le fait de la même personne, ce sera le renvoi immédiat, indépendamment de ce qu’entreprendra l’autorité judiciaire. Ces deux actes sont contraires à nos valeurs."

Pour une source interne réclamant l’anonymat, "il ne faudrait pas que les auteurs de ces actes puissent penser qu’ils sont intouchables et qu’ils peuvent agir en toute impunité".

Le racisme n'a pas sa place au SIAMU

Contacté par la RTBF, Pascal Smet (One.brussels), nouveau secrétaire d'état régional en charge du SIAMU, insiste: "Le racisme n'a pas sa place au SIAMU. J'ai demandé une enquête approfondie. Nous attendrons un rapport et, si nécessaire, des mesures supplémentaires seront prises". 

Sur les réseaux sociaux, l'information fait également réagir la classe politique bruxelloise. La députée PS Leila Agic parle de son écœurement à la lecture des faits.  Tout comme le chef de groupe PS au Parlement bruxellois, Ridouane Chahid, qui demande que les actes ne restent pas "sans suite".

Loading...
Loading...

Eric Labourdette, permanent SLFP au SIAMU, demande à ce qu'on laisse faire les spécialistes dans le cadre de l'enquête interne aujoud'hui diligentée. Toutefois, celui-ci ajoute: "Laissons faire les spécialistes même si nous sommes en droit de nous poser des questions comme celle de savoir pourquoi un pompier de garde, qui ne connaît pas et n'a pas de contact avec des recrues, se rendrait coupable de tels faits? Est-ce un problème lors de l'instruction? Avec d'autres recrues? Avec un instructeur? La recrue en question avait-elle de grosse difficulté lors de son instruction? L'enquête nous l'apprendra." Des propos qui ont surpris au sein du SIAMU, comme ce membre du personnel qui a réagi sur Facebook: "Dire qu’il n’y a jamais de faits racistes dans cette caserne montre à quel point vous êtes déconnecté de la réalité et des agents". 

Loading...

Articles recommandés pour vous