RTBFPasser au contenu
Rechercher

Athlétisme

Simon Clinquart : "On me demande souvent comment je fais mes lacets, je réponds ; comme tout le monde !"

Simon Clinquart, 21 ans, étudie pour devenir ingénieur industriel, fait de l’athlétisme à haut niveau et ce qui le caractérise, c’est de toujours vouloir se dépasser. Né avec un handicap, sans une partie de son avant-bras gauche et sans main gauche, ce n’est pas du tout quelque chose qui le définit. Ça fait juste partie de lui, mais il le répète à tue-tête : "Ce n’est pas un problème !".

Très à l’aise quand la caméra ne tourne pas, le stress l’envahit un peu après le "clap" de départ. "Je n’ai pas l’habitude", comme il dit. Mais petit à petit il nous démontre malgré tout une sacrée force de caractère. "Je sais tout faire", nous dit-il. Un peu de suffisance ? Pas du tout ! Le résultat d’un travail fait sur lui-même, de la maturité… parce qu’il l’admet il n’a pas toujours tenu le discours qu’il nous livre aujourd’hui.

Quand il était enfant, le regard et la curiosité des autres n’étaient pas toujours faciles à supporter. Mais adolescent et puis adulte, il est parvenu à vivre avec, et à faire de son handicap un détail. Parce qu’il faut l’avouer qu’en parlant un peu avec lui, on oublie très rapidement qu’il a cette petite particularité. Comme tout le monde, finalement. Aucun humain n’est similaire à un autre, et il nous le rappelle. Il est juste un sportif, parmi d’autres, qui veut se dépasser, s’améliorer…

Statut jeune talent à la Ligue Handisport francophone, il s’entraîne au RACBW à Nivelles, dans un groupe sans distinction entre personnes porteuses d’un handicap ou pas. Quand il a débuté l’athlétisme il y a sept ans, après être passé par le football, le karaté, il s’est d’abord tourné vers les "lancers", le poids et surtout le javelot. Il a rédigé les premières lignes de son palmarès : notamment double médaillé au championnat du Monde Junior 2017, en argent au javelot et en bronze au lancer du poids. Désormais, c’est plus le sprint qui le motive, mais il n’a pas totalement oublié l’idée de lancer le javelot, il insiste sur ce point. Ses objectifs sont clairs, et sains, s’améliorer. Et puis tant mieux s’il a l’occasion de participer à de belles compétitions… Comme les Jeux Paralympiques, dans un petit coin de sa tête, mais très loin de l’obséder. Parce que s’il y a bien une chose qui le caractérise plus que tout autre : c’est qu’il a la tête bien sûr les épaules. Entre ses études, le sport et le reste, il a trouvé un équilibre qui semble l’épanouir.

Loading...

Articles recommandés pour vous