RTBFPasser au contenu
Rechercher

Culture Club

Sex Education : la série qui brise les tabous de la sexualité en situation de handicap

George Robinson dans Sex Education
07 oct. 2021 à 10:41Temps de lecture3 min
Par Arilson Lunsadisa

Depuis 2019, la série Sex Education cartonne en abordant une multitude de thématiques liées à la sexualité. En introduisant le personnage d’Isaac lors de sa seconde saison, cette fiction débridée a brisé un grand tabou en traitant de la sexualité en situation de handicap. Le rôle est dignement interprété par George Robinson, un jeune acteur paralysé depuis ses 17 ans suite à un accident.

Le sujet de la diversité fait régulièrement débat car les nouvelles générations sont plus que jamais en quête d’inclusivité. Dans ce cadre, il y a un constat global à dresser : les personnes en situation de handicap sont sous-représentées dans les médias. En effet, en Belgique, le baromètre de la diversité du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel de mars 2021 a démontré qu’elles ne représentent que 0.37% des intervenants, et ce, souvent de manière passive. En France, même son de cloche, le rapport du CSA indique que les personnes en situation de handicap ne représentent que 0.7% des intervenants alors qu’elles constituent environ 20% de la population française (80% avec un handicap non-visible). Les chiffres parlent d’eux-mêmes, la fiction est bien loin de rattraper la réalité.

Casser les codes de la représentation des personnes en situation de handicap

Sex Education est une série qui comprend cette importance de la représentation de la diversité. Une diversité ethnique, culturelle, des genres et des orientations, mais pas seulement. Lors de la seconde saison, l’intrigue liée au personnage d’Isaac (George Robinson) a permis de mettre en avant une relation entre un jeune homme en chaise roulante et Maeve (Emma Mackey) une jeune femme non handicapée. Cela peut paraître anodin, mais ça ne l’est pas. Il y a, en effet, un mythe autour des personnes en situation de handicap et des relations amoureuses. Plus encore lorsqu’il s’agit de rapports intimes. Dans l’imaginaire collectif, beaucoup n’intègrent même pas qu’elles puissent se considérer comme des êtres sexués. Cet arc narratif dans la série vient donc casser ces idées reçues que l’on peut avoir sur ce type de relation. Dans une interview pour Brut, l’acteur Georges Robinson, va dans ce sens en déclarant Les personnes en situation de handicap font l’amour, elles ont des relations amoureuses, alors pourquoi ne pas explorer ça ?” 

La série l’explore et ne le fait pas à moitié, car elle donne au personnage d’Isaac un vrai caractère complexe. Il n’est pas angélique. Il a de bons et de mauvais côtés comme tout être humain, ce qui change des représentations parfois caricaturales et infantiles auxquelles nous sommes accoutumés. Il fait la fête, il pratique du sport, il peint, il est plus que ce que les gens voient de leurs yeux.

Une représentation inclusive

Fait notable, l’acteur George Robinson est réellement paralysé dans la vraie vie. Cette paralysie est survenue des suites d’un accident en 2015, lors d’un match de rugby en Afrique du Sud. Il n’avait alors que 17 ans. C’est un point important pour beaucoup de militants anti-validisme. Nombre d’entre eux déplorent le fait que des acteurs sans limitation fonctionnelle prennent la place d’acteurs en situation de handicap. Dans l’épisode “Date en situation de handicap, c’est comment ?” de Sex’n’sun (Tarmac), Marianne, explique que cette représentation par des personnes non handicapées peut avoir pour effet de créer une vision irréaliste de ce que les personnes handicapées sont vraiment et par conséquent contribuer à les rendre indésirables. Car, en effet, comment se projeter dans une relation avec une personne que la société invisibilise ?

La question de la représentation est donc centrale.Pour les uns, elle permet de se créer une identité et de réaliser qu’ils ne sont pas seuls. Pour les autres, elle permet que chacun puisse intégrer dans sa grille de lecture, la réalité de son prochain tout en contribuant ainsi à créer un monde plus tolérant. 

Terminons avec les sages paroles de l’acteur George Robinson qui s’adresse aux personnes en situation de handicap dans une interview pour Brut : “Vous êtes légitimes. Vous n’avez pas besoin de vous excuser d’exister. Vous êtes des êtres humains, vous savez, vous êtes des êtres sexués, donc sentez-vous plus que libres de parler de ces choses parce que vous n’avez pas à vous excuser d’exister. Je pense que c’est probablement la chose la plus libératrice à entendre, c’est que vous êtes légitimes.”

En 2020, Cap 48, l’opération de solidarité de la RTBF, a récolté 6.757.021 euros en faveur des projets liés aux secteurs du handicap. Vous pouvez également participer à aider en faisant un don sur le lien suivant : https://www.cap48.be/

Retrouvez le Doss’

 

Culture Club - Le Doss'

Sex Education

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Le festival Canneseries déroule ce vendredi son tapis rose à de nombreuses célébrités

Cinéma - Séries TV

Articles recommandés pour vous