Champions League - Foot

Seul sur sa planète : Simon Mignolet, l’ange gardien brugeois

© Tous droits réservés

12 oct. 2022 à 19:55 - mise à jour 12 oct. 2022 à 20:05Temps de lecture2 min
Par Antoine Hick

Il ne leur fallait plus qu’un petit point pour entrevoir les 8e de finale de Ligue des Champions. Ce mercredi soir, les Brugeois, pourtant dépassés dans le jeu par moments, ont brillamment accompli la mission en arrachant le match nul contre l’Atletico Madrid (0-0). Un partage, héroïque dans la forme, qui porte, comme souvent, le sceau du même homme : Simon Mignolet, infranchissable entre ses perches.


Il n’y avait qu’à voir le regard désemparé de Diego Simeone en fin de match pour comprendre l’étendue des dégâts. Mine déconfite, bras ballants et yeux levés vers le ciel, comme s’il tentait d’implorer une divinité quelconque. Une image rarissime d’un coach d’ordinaire bouillonnant mais visiblement poussé dans ses retranchements moraux par un seul adversaire : Simon Mignolet. L’homme de la qualification brugeoise. L’homme qui a dégoûté tout Madrid à lui tout seul.

Un récital qu’on aurait pu sentir venir dès l’entame du match. Mignolet est en forme et en confiance… et ça se voit. Capitaine symbolique même sans brassard, leader vocal, il harangue, encourage, recadre ses défenseurs. Et quand le danger est là, il répond présent. D’abord sur ce ballon vicieux de Koke puis en se montrant impérial sur une tête puissante d’Antoine Griezmann. Deux arrêts coup sur coup qui donnent le ton avant une fin de match stratosphérique.

Un arrêt du visage face à Morata

Peu mis à contribution en 2e mi-temps, il ressort de sa boîte sur un centre de Carrasco à la 86e. Puis sur cette phase hallucinante où il détourne… du visage un obus à bout portant d’Alvaro Morata. Puis encore face à ce même Morata, pour signer son 9e arrêt du match (!) et dégoûter les attaquants madrilènes une dernière fois. "Il a fait un très gros match. Au match aller aussi, il a fait pas mal de parades. C’est un très grand gardien, il l’a déjà prouvé dans sa carrière" avouait Geoffrey Kondogbia, au micro de Pascal Scimè, saluant avec fair-play la prestation XXL de son adversaire.

Face à l’Atletico, Mignolet a été héroïque, n’ayons pas peur des mots. Dans le fond, comme dans la forme. Dans le fond, s’érigeant comme le taulier d’un noyau brugeois finalement assez novice à ce niveau-là. Dans la forme aussi, exhibant, tout au long du match une impressionnante palette technique, jonglant entre l’arrêt aérien, la sortie intelligente et le réflexe à bout portant.
​​​​​​​

Une imperméabilité qu’il partage avec Neuer, un record qu’il confisque

Logiquement élu joueur du match, Mignolet n’a donc encaissé aucun but en deux matches face à l’Atletico Madrid. Malgré 14 tirs cadrés, une pelletée de tentatives adverses et quelques moments chauds. Ces 14 arrêts décisifs face au même adversaire, c’est un record absolu pour un portier (qui ne s’incline dans aucun des deux matches) en Ligue des Champions. Suffisant pour vous classer un bonhomme.

Une prestation XXL qui n’est évidemment pas la 1e cette saison. Parce que si, dans un passé pas si lointain, Mignolet avait parfois tendance à se louper par moments, depuis le lever de rideau cette saison, il se montre remarquablement constant. Surtout en Ligue des Champions, d’ailleurs. Compétition où Bruges est le seul club à ne pas encore avoir encaissé la moindre rose en quatre matches cette saison.

Parfois décrié, souvent mésestimé mais propulsé à vitesse grand V vers le Soulier d’Or, Mignolet prouve qu’il est sans doute trop fort pour le championnat belge. Et qu’il sait se sublimer dans les grands moments. De bon augure pour la suite. Un excellent message aussi pour les derniers sceptiques qui doutent des solutions de repli en équipe nationale en cas d’absence prolongée de Thibaut Courtois.

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous