RTBFPasser au contenu

Seul, à pied : la sortie de prison de Stéphane Moreau en images (photos et vidéo)

Seul, à pied : la sortie de prison de Stéphane Moreau en images (photos et vidéo)
11 févr. 2021 à 21:40 - mise à jour 12 févr. 2021 à 10:042 min
Par RTBF

L’ancien grand patron de Nethys et ex-bourgmestre d’Ans Stéphane Moreau a quitté ce jeudi soir la prison de Marche-en-Famenne. Cette sortie de prison était attendue vers 15h, mais il a fallu attendre 21 heures pour apercevoir l'ancien socialiste, seul, à pied, quasi-impossible à identifier, en jeans et blouson, le visage caché derrière un masque et une capuche serrée ne laissant filtrer que ses yeux. Il tenait dans ses mains deux grands sacs de sport, comme constaté par notre journaliste sur place.

Images de ce jeudi 11 février dans la soirée

Prison de Marche: sortie de Stéphane Moreau, libéré sous condition

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Stéphane Moreau n’a fait aucune déclaration, et s’est dirigé le long de la grand-route jouxtant l’établissement pénitentiaire. L’homme d’affaires liégeois avait été placé sous mandat d’arrêt le 24 janvier dernier.


A lire aussi : Stéphane Moreau placé sous mandat d’arrêt : portrait de l’homme au cœur de l’affaire Nethys


Stéphane Moreau semble avoir choisi de rester jusqu'à 21h à la prison de Marche, expliquant qu'il n'avait eu des difficultés à trouver un moyen de transport. Or, la prison lui aurait proposé d'appeler un taxi, ce qu'il a refusé, préférant lire dans une salle d'attente. Il aurait finalement été quasiment contraint de partir, ce qu'il a tenté de faire le plus discrètement possible, en semant le doute sur son identité et en réussissant l'exploit d'éviter d'associer son visage à une prison malgré la présence d'une nombreuse presse, mais en créant du coup une scène surréaliste qui restera une image forte du dossier.

Stéphane Moreau à sa sortie de prison, ce 11 février 2021

Extrait de notre journal de 19h30 :

Stéphane Moreau : remis en liberté sous conditions

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Plus tôt dans la journée, Stéphane Moreau était "combatif et ne baisse pas les bras", avait affirmé en fin de matinée son avocat, Me Adrien Masset, à la sortie de la Chambre des Mises en accusation de Liège. L'ancien bourgmestre d'Ans et ancien administrateur de Nethys y avait réclamé sa remise en liberté. Et il a obtenu gain de cause.

Stéphane Moreau a comparu devant la chambre des mises en accusation de Liège après avoir été placé sous mandat d'arrêt 20 jours plus tôt. Il avait été libéré il y a deux semaines par la chambre du conseil mais le parquet avait décidé d'interjeter appel, prolongeant par cette démarche la détention de l'ancien bourgmestre d'Ans et ancien administrateur de Nethys.

C'est dans le cadre du dossier Nethys, plus particulièrement dans le volet des indemnités de plus de 18 millions d'euros versées à l'ancien management, que Stéphane Moreau a été inculpé d'abus de biens sociaux et détournement par personne exerçant une fonction publique ainsi que de faux, d'usage de faux et d'escroquerie.

Le parquet a sollicité la réforme de la décision de la chambre du conseil et a requis le maintien de Stéphane Moreau en détention. Le réquisitoire a duré une heure et a été suivi de la plaidoirie de Me Masset durant une heure. Stéphane Moreau s'est exprimé pendant une demi-heure.

Stéphane Moreau le 10 mars 2017

Sujet du 24 janvier dernier (JT)

Nethys : Le parcours de Stéphane Moreau

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Il est combatif et ne baisse pas les bras. Il y a beaucoup d'arguments pour démontrer que le procès qu'on lui fait peut être qualifié de politique. Il est jeté en pâture dans un déferlement médiatique important qui donne un éclairage particulier à ce dossier", a soutenu l'avocat de Stéphane Moreau.

"J'ai insisté en plaidoirie sur l'extrême faiblesse des indices de culpabilité. De mon point de vue, les conditions ne sont pas réunies pour le maintenir en détention. Des mesures alternatives existent et les six autres personnes inculpées en ont bénéficié. Il n'existe pas de risque de collusion avec des tierces personnes. Il faut donc confirmer la bonne décision qui avait été prise quinze jours plus tôt par la chambre du conseil", a encore indiqué Me Masset.


A lire aussi : Investissements immobiliers, sous-traitance peu contrôlée : zoom sur le nébuleux fonds de pension Ogeo Fund


L'ancien patron de Nethys à sa sortie de la prison de Marche
-
- BENOIT DOPPAGNE - BELGA