RTBFPasser au contenu

Green

Seriez-vous prêt à patienter plus longtemps pour un colis si cela contribue à diminuer votre bilan carbone ?

Seriez-vous prêt à patienter plus longtemps pour un colis, si cela contribue à diminuer votre bilan carbone ?
29 nov. 2021 à 09:002 min
Par RTBF TENDANCE avec AFP

Connaître les émissions de carbone d'une commande passée à l'autre bout de la planète incite-t-il les consommateurs à se tourner vers des livraisons écoresponsables quitte à patienter un peu plus ? C'est ce que suggèrent de récentes études.

Le transport par voie maritime est le moins polluant

Réalisée par des chercheurs de l'université de technologie et de design de Singapour (SUTD) et publiée dans le Journal of the Transportation Research Board, l'enquête s'est focalisée sur les émissions carbone correspondant à chaque mode de transport parmi les différentes options d'expédition proposées par la célèbre plateforme de ecommerce chinoise Taobao.

Pour estimer les émissions de carbone (indiquées en kilogrammes) associées à l'expédition des colis, les chercheurs ont pris en compte le mode de transport, la distance parcourue et le poids des articles achetés. D'après leurs calculs, l'acheminement des colis par voie maritime s'est avéré être l'option la moins polluante.

Une information claire peut modifier la prise de décision

Les 188 personnes qui ont pris part à l'expérience ont été invitées à choisir entre plusieurs modes d'expédition aux prix et aux délais de livraison variables. Les participants étaient informés au fur et à mesure des émissions de carbone associées à l'option sélectionnée, avec la possibilité de modifier leur choix en cours de route. 

56% des personnes ayant choisi l'expédition la plus rapide ont opté pour une livraison aux délais plus lents une fois informées du bilan carbone.

"Ces résultats montrent que le partage d'informations sur les émissions des différentes options d'expédition du ecommerce peut aider à promouvoir des choix plus durables et potentiellement faciliter des opérations logistiques plus écologiques", souligne Lynette Cheah, professeure agrégée de l'Université d'Oxford et co-autrice de l'étude.

L'étiquette obligatoire, une piste à explorer

Si le petit échantillon de cette étude ne permet pas à lui seul de dessiner de grandes tendances pour l'avenir, les auteurs de l'étude soulignent toutefois qu'il s'agit là d'une voie à explorer.

Une autre étude réalisée en juillet dernier par des chercheurs suédois et danois suggère par ailleurs que le fait de connaître le coût environnemental d'un produit alimentaire grâce à une étiquette pousserait le consommateur à se diriger vers des alternatives plus écologiques. À condition toutefois que cet étiquetage des produits soit obligatoire, précisent les chercheurs.

Sur le même sujet

20 mars 2022 à 08:00
3 min
12 déc. 2021 à 18:00
1 min

Articles recommandés pour vous