RTBFPasser au contenu

C'est vous qui le dites

Serge, à propos du système carcéral actuel : "on pourrait créer des prisons pilotes mixtes"

Serge, à propos du système carcéral actuel : "on pourrait créer des prisons pilotes mixtes"

Saaya, prisonnière transgenre, est détenue avec des hommes alors qu’elle demande à être traitée comme une femme. C’est dans les éditions de Sudpresse que l’on découvre ce matin l’histoire de Saaya qui est dans une prison du sud du pays depuis juillet 2019. Avant d’entrer en prison, elle avait entamé un traitement hormonal. Mais malgré tout, elle se retrouve avec des hommes, ce qui pousse la direction à l’isoler pour lui éviter des mauvais traitements, ce qu’elle vit mal explique, un avocat de l’observatoire international des prisons qui demande de prendre en compte sa demande.

Le système carcéral belge doit évoluer pour s’adapter aux différentes identités de genre des détenus ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

 
Charles O&#39 ; Rear – Getty Images

"Des prisons pilotes mixtes"

Serge, un auditeur originaire d’Evere, est intervenu à ce sujet sur notre antenne : "Je crois que cette adaptation dans le milieu carcéral est absolument nécessaire. Pour moi, la solution serait de créer des prisons pilotes mixtes. Les écoles et les casernes sont bien devenues mixtes, alors pourquoi ne pas faire de même dans les prisons ? D’ici une génération, on aura fait la transition et ça ne posera aucun problème. Peut-être devrions-nous d’abord choisir les détenus dans les prisons pilotes mixtes, mais je suis persuadé que c’est la bonne solution."

Scott Shymko – Getty Images

"Si elle se considère comme femme, c’est une femme"

À Jette, Virginie partage le même avis : "Je pense que la prison doit s’adapter. En pleine transition, Saaya est une femme dans sa tête. Et si elle se considère comme femme, c’est une femme. Je peux la comprendre, à sa place, j’aurais souhaité aller dans une prison pour femmes aussi. Elle y serait peut-être même plus en sécurité. Créer une aile spécifique pourrait être une solution pour la sécurité des personnes transgenres, mais j’ai peur que cela entraîne une stigmatisation."

Hans Neleman – Getty Images

"Une fois la transformation terminée, on peut placer la personne dans la prison adaptée"

Christian, depuis Godinne, clôture le débat : "Il y a quelques années, j’étais incarcéré à la prison de Namur. J’étais à l’essai et j’avais plusieurs tâches, on m’avait notamment demandé de m’occuper d’une personne transgenre qui était dans une cellule bien spécifique. On ne pouvait pas le mettre avec les hommes car il était sous traitement hormonal et se transformait en femme, mais on ne pouvait pas le mettre chez les femmes parce qu’il n’avait pas encore changé de sexe, il était donc isolé."

De toute façon, en prison, on est de base isolé, c’est le but de la prison

"Ici, il était dans une cellule individuelle proche du local des surveillants pour le protéger des autres détenus, au cas où. Pour moi, il faut bien l’encadrer pendant sa transformation et une fois terminée, on peut emmener cette personne dans la prison adaptée à son genre."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Sur le même sujet

31 mai 2021 à 09:51
2 min
28 mai 2021 à 09:51
2 min

Articles recommandés pour vous