Monde

Sénégal: nouveaux affrontements à Dakar où l'opposition manifeste

Sénégal: nouveaux affrontements à Dakar où l'opposition manifeste

© © Tous droits réservés

18 févr. 2012 à 10:04 - mise à jour 18 févr. 2012 à 17:52Temps de lecture3 min
Par AFP

Une centaine de jeunes étaient rassemblés au bout d'une avenue menant à la Place de l'Indépendance et ont jeté des pierres sur des policiers qui leur barraient l'accès et ont riposté à coups de gaz lacrymogènes.

A Kaolack, dans l'ouest du pays, un jeune homme est décédé après avoir été blessé vendredi soir lors d'une manifestation organisée pour protester contre "la profanation" d'une mosquée de Dakar par la police, a appris samedi l'AFP de source policière.

Appel à manifester maintenu

C'est dans ce climat de vive tension que quelque 23 000 militaires et paramilitaires ont commencé à voter, jusqu'à dimanche, à l'élection présidentielle à laquelle les autres Sénégalais prendront part le 26 février.

"Nous maintenons notre appel à manifester à 15h (16h heure belge) sur la Place de l'Indépendance", avait déclaré à l'AFP Abdoul Aziz Diop, un des responsables du Mouvement du 23 juin (M23, coalition de partis d'opposition et d'organisations de la société civile). "Nous réitérons le caractère pacifique du M23, mais tant que les manifestations seront interdites, il faut s'attendre à des affrontements", avait-il ajouté.

Gaz lacrymogènes et balles en caoutchouc de la police contre les pierres des manifestants

Le M23 avait appelé vendredi à une manifestation sur cette même place située dans le centre-ville, près du Palais présidentiel, pour exiger le retrait de la candidature du chef de l'Etat sortant Abdoulaye Wade, 85 ans et au pouvoir depuis douze ans, à ce scrutin. La tentative des manifestants, dont de nombreux jeunes, d'accéder à la place bouclée par d'imposantes forces de sécurité, a dégénéré en violences avec les policiers, donnant lieu à des scènes de guérilla urbaine.

Gaz lacrymogènes, balles en caoutchouc et canons à eau des policiers - un a tiré à balle réelle - ont répondu pendant plusieurs heures aux volées de pierres et projectiles divers de centaines de jeunes, qui ont également mis le feu à des barricades de fortune dans de nombreuses rues et avenues du centre-ville.

Ces violences ont été exacerbées par le geste d'un officier de police qui a lancé des grenades lacrymogènes à l'intérieur de la Zawiya (mosquée) El Hadj Malick Sy, de la confrérie des Tidianes, située dans l'une de ces avenues.

"Sacrilège", "Profanation", ont aussitôt hurlé les fidèles, les jeunes et les badauds qui se trouvaient là et qui ont redoublé d'acharnement contre les policiers aux cris de "Allahou Akhbar" (Dieu est grand).

Plusieurs centaines de fidèles ont aussitôt organisé un sit-in devant la mosquée, plus tard dispersé sans ménagement par la police.

Mosquée profanée: "le pays s'embrase"

Bilan de ces violences, une dizaine de blessés dont un policier, selon un décompte de l'AFP, et des actions de vengeance à Tivaouane, une des villes saintes des Tidianes, située à moins de cent kilomètres au nord-est de Dakar, où la mairie a été saccagée et incendiée.

Le député-maire de Tivaouane, El-Hadj Malick Diop, de la mouvance libérale du président Wade, a déploré les incidents à la mosquée de Dakar, ajoutant que "cela ne doit pas être utilisé comme alibi pour mener une vendetta contre les symboles de l'Etat".

Il a accusé "des jeunes, certainement manipulés par des politiciens en perte de vitesse", d'être à l'origine des violences contre la mairie avant, selon lui, d'aller s'en prendre à des biens appartenant à des responsables du Parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir), dont sa propre maison.

Un leader des Tidianes, Serigne Mansour Jamil, membre du M23, a accusé le gouvernement d'avoir "profané une des principales mosquées tidianes" et, à travers elle, "toute une communauté", estimant que le président Wade devait "dégager".

C'est la première fois qu'une mosquée est prise à partie par des policiers pendant les manifestations anti-Wade qui se sont intensifiées depuis la validation, fin janvier, par le Conseil constitutionnel de la candidature du chef de l'Etat au scrutin du 26 février.

"La Zawiya attaquée, les Tidianes se révoltent", "La Zawihia profanée, le pays s'embrase", titraient samedi des journaux sénégalais, signe d'un tournant dans la contestation, tant l'influence des confréries des Tidianes et des Mourides est grande sur les Sénégalais, musulmans à 95%.


AFP