RTBFPasser au contenu

Regions

Sécheresse et réchauffement climatique influencent le choix des fleurs dans les communes

Bertrand Pettiaux
19 mai 2022 à 12:561 min
Par Vincent Clérin avec Xavier Mouligneau

Rochefort, Jodoigne, Lessines, Manage, Bertrand Pettiaux ne sait plus où donner de la tête. Basée à Ath, son entreprise fleurit une quarantaine de communes et, vu la météo actuelle, c’est le rush "Tout le monde veut être servi en même temps", constate le patron, "On a débuté la semaine dernière, c’est chacun son tour, on ne peut pas aller plus vite".

Pouvoir s’adapter

Une année n’est pas l’autre. Après l’été pourri de l’an dernier, c’est la sécheresse qui prévaut aujourd’hui. Il faut donc surveiller les plantes et veiller à ce qu’elles ne meurent pas de soif. "On essaye de proposer des contenants avec des réserves d’eau pour maintenir une humidité, une réserve dans le bac, des substrats avec des rétenteurs d’eau qui facilitent l’entretien et un choix de plantes qui résistent à la sécheresse" explique le professionnel en charge du fleurissement urbain.

Au fil des années, il faut clairement s’adapter au réchauffement climatique. Pour le choix des plantes, les géraniums gardent la cote et cela pour une raison simple "ce sont des plantes tout-terrain, elles acceptent aussi bien la sécheresse que l’humidité", poursuit Bertrand Pettiaux, "Cela reste donc une valeur sûre pour certaines communes où il y a moins de possibilités d’entretien".

Le pouvoir des fleurs

"Le surfinia est très à la mode, il y a énormément de couleurs différentes, on peut trouver son bonheur dans toutes les variétés qui existent sur le marché, mais il faut un peu plus surveiller au niveau de l’entretien car elles ne peuvent pas avoir soif", conclut le professionnel.

 

Articles recommandés pour vous