RTBFPasser au contenu

Bien-être

Se souvenir de ses rêves... à volonté !

-
26 sept. 2018 à 12:56 - mise à jour 26 sept. 2018 à 12:562 min
Par Vivacité

"Même pas en rêve"... C'est incroyable le nombre de personnes qui me racontent leurs rêves et qui s'en souviennent avec tant de précision ... ça fait presque rêver tiens ! On s'y croirait vraiment - leurs rêves sont plus vrais que nature. C'est que je ne dois probablement pas en faire ou que mon sommeil est si profond, ou pas assez d'ailleurs que les rêves ne s'invitent pas en mes nuits ?  Et pourtant...

Tout le monde rêve et de s'en souvenir est essentiellement une question de VOLONTE. 

Une bonne dose de volonté

Se souvenir de ses rêves c'est avant tout une question de volonté.

Il faut d’abord savoir qu’un cycle de sommeil dure plus ou moins 90 minutes, et que les rêves n’apparaissent qu’en fin de cycle lorsqu’on atteint la phase de sommeil paradoxal. C’est là que doit concentrer toute notre attention. À la fin d’un cycle, soit on en commence un autre, et tant pis pour les précédents rêves, soit on entame sa phase de réveil, et c’est dans ces premiers instants qu’il faut faire preuve de volonté. Et certes, ce n’est pas simple quand on se sent encore brumeux et à peine sorti des bras de Morphée.

Se souvenir de ses rêves doit donc être avant tout une intention consciente, c’est-à-dire un ordre, un appel que l’on lance à son inconscient. Les meilleures armes, c’est le cahier, blanc, déjà ouvert et sans dessin qui pourrait distraire, et le stylo à portée de main ou votre dicta - phone !

Au réveil, n’hésitez pas une seule seconde. Écrivez (ou dictez) tout ce qui vous passe par la tête avant d’être complètement réveillé. Selon Carl Jung, c’est l’activation du mental qui fait fuir les rêves. Il appelait cela le lever du soleil conscient. Écrivez donc des ambiances, une émotion générale, des lieux, des visages, de simples mots-clés, voire peut-être même un dialogue. Bref, le plus possible et même les détails les plus incongrus ou les plus insignifiants.

Ne tentez pas de faire de longues phrases ni de la littérature. Votre cerveau serait trop capté par la concentration de l’écriture au détriment des volutes d’images. Si rien ne vient, notez quand même quoi que ce soit… La première chose qui vous vient en tête. Ça peut être lié aux rêves que vous avez faits et initier d’autres images.

De la concentration aussi

Mais surtout, concentrez-vous! Ne bougez pas. Restez dans la même position - Dix minutes d’immobilité peuvent être nécessaires pour attraper quelques bribes de rêves encore présents. Et puis, n’attendez pas nécessairement le matin pour le faire. Il arrive souvent que l’on ait des micro-réveils en pleine nuit à la fin d’un cycle. Profitez-en pour noter quelques mots. Cela pourrait même développer cette capacité de mémoire.

Le mieux est de trouver une façon douce de se réveiller. Pas de radio ni de réveil. Mais si vous ne pouvez pas vous en passer, posez-le très près de vous de façon à pouvoir l’éteindre facilement sans perdre de précieuses secondes à le chercher. L’idéal est de se ménager un espace transitoire entre le sommeil et le réveil.

Il est également très important de se coucher tôt ou, à tout le moins, d’avoir une quantité de sommeil suffisante. La fatigue ne vous mènera à rien dans votre quête, bien au contraire, et vous aurez logiquement une quantité de rêve plus réduite en magasin. Le petit truc en plus: le post-it avec écrit en grand ‘de quoi as-tu rêvé?’ pour l’avoir automatiquement en tête.

Se souvenir de ses rêves ne se fera sans doute pas du jour au lendemain, mais il ne faut pas hésiter à renouveler l’expérience. Partez de la moindre petite image qui vous revient en mémoire. Ce sera toujours un premier pas vers cet imaginaire qui en dit long sur nous-même !

Faites de doux rêves et surtout... bon réveil full volonté !

Articles recommandés pour vous