RTBFPasser au contenu

C'est vous qui le dites

Se faire virer plutôt que vacciner, vous comprenez leur choix ?

Se faire virer plutôt que vacciner, vous comprenez leur choix ?

Des infirmières d’un hôpital carolo témoignent, elles sont prêtes à perdre leur emploi pour ne pas se faire vacciner. Sous des noms d’emprunt, elles expliquent dans La Nouvelle Gazette que la situation avec les collègues vaccinés n’est pas toujours simple au sein de leurs services. L’une d’elles explique qu’elle est jeune, en bonne santé, qu’elle n’a jamais eu le Covid malgré le fait d’être en contact avec des malades et qu’il n’y a donc aucune raison qu’elle se fasse vacciner. Toutes se disent prêtes à perdre leur emploi, l’une précise qu’elle essaiera d’abord d’obtenir un certificat pour burn-out. La direction de l’hôpital concerné précise que cela concerne environ 10% du personnel, mais qu’ils sont prêts à s’en passer.

Se faire virer plutôt que vacciner, vous comprenez leur choix ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

Tempura – Getty Images

"Je ne comprends pas qu’elles aient des doutes"

Jean-Luc, un auditeur de Jumet, est intervenu à ce sujet sur notre antenne : "Non, je ne comprends pas. J’ai eu le Covid et je l’ai fait très fort. J’ai aussi perdu ma maman et deux amis à cause du virus. Je trouve ça inacceptable que le personnel médical parle de cette façon. Les infirmières disent être sur le terrain, mais elles se permettent de colporter des imbécilités auxquelles les gens croient. Je ne comprends pas qu’elles aient des doutes."

© Tous droits réservés

"C’est leur choix"

Depuis Saint-Servais, dans la province de Namur, Jean nous donne son avis : "C’est leur choix et je peux le comprendre. Mais pour éviter les licenciements, il faudrait envoyer les patients non-vaccinés au personnel soignant qui ne l’est pas non plus. Si les infirmières doivent infecter quelqu’un, que ce soit un patient dans le même cas qu’elles."

Juanmonino – Getty Images

"On n’a pas assez de recul"

Le débat se termine à Plombières, en province de Liège, avec Carole : "Oui je comprends ce choix. Je ne suis pas antivax, mais je suis contre le vaccin du Covid. On y a peut-être mis tous les moyens, mais on n’a pas assez de recul pour connaître les conséquences à long terme. Un an, ce n’est pas suffisamment, on réagit chacun différemment au vaccin."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Articles recommandés pour vous