RTBFPasser au contenu
Rechercher

La vie du bon côté

Se délester du syndrome de l'imposteur pour prendre la vie du bon côté

la vie du bon côté !

Julie Arcoulin, spécialiste en développement personnel et relationnel décortique ce syndrome de l'imposteur et nous invite à prendre la vie du bon côté.

On est tous passé par cette phase du syndrome de l'imposteur. Conscientiser le fait permet de faire taire alors la petite voix qui re-nie nos mérites. 

S'attribuer les mérites de ses exploits, de ses réussites ne veut pas dire qu'on a la grosse tête, qu'on est prétentieux, qu'on manque d'humilité... Reconnaitre ce qu'on accompli, ses compétences, se congratuler n'est pas un excès de fierté mais une valorisation saine de soi, une estime de soi pour aller de l'avant en toute humilité et équilibre.

Nous ne sommes pas dans des sociétés qui prônent la fierté de soi, de nos réussites. Aussi dans une entité familiale, dans une structure, on a du mal à "réussir mieux" que les autres personnes du clan, on ne s'y autorise pas, on ne se donne pas le droit d'en être fière car ce serait trahir son clan... Ça pousse à la modestie et tous les revers de médaille que cela suppose. On éteint son Etre, on se sabote, on se contente de peu, on suit l'injonction ne fait pas mieux que... ! Et pourtant, à qui ferais-je de l'ombre si je mettais et exprimais au grand jour mes compétences ?

L'imposteur a souvent besoin d'être "certifié conforme" par le biais d'un diplôme par exemple. Ces personnes ont une faculté à comprendre les choses très vite et absorbent une quantité incroyable de connaissances jusqu'à plus soif. Sauf que cette soif n'est jamais assouvie en raison d'une non reconnaissance perpétuelle de ses propres compétences. Et on est reparti pour un tour, on repart sur le chemin interminable de l'acquisition de connaissances, ... et avec tant de facilité, d'aptitude qu'on ne s'octroie pas de mérite du coup beh non c'est si facile ! Notre culture attribue du mérite selon l'effort fourni bien souvent. La faculté, la facilité ne sont pas récompensées, reconnues. 

Une fois le "syndrome" identifié, rationaliser la petite voix est l'une des premières choses à faire. Aussi, c'est bien de remercier le monde entier mais surtout ne vous oubliez pas dans le lot !

Le site de Julie Arcoulin

Les commentaires des auditeurs en image...

Thomas nous propose un témoignage au top ! Une excellente entrée en matière car c'est "grâce à sa collègue que..." beh non justement, c'est bien grâce à lui même que l'emploi a été décroché. L'entourage peut en effet donner le coup de pouce, nous botter les fesses mais décrocher le job, c'est bel et bien Thomas en personne qui l'a fait.

Chantal souligne le fait qu'en raison de son éducation, elle vit en "toute humilité", en toute discrétion de l' Etre, de son Etre.

Carine n'a pas confiance en elle. Elle vante les mérites de son psy. et hop... en sous estimant son propre apport, sa contribution personnelle vis-à-vis de son évolution.

Le témoignage de Thomas - "Grâce à ma collègue..." NON !

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le témoignage de Chantal - Education... en toute humilité !

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le témoignage de Carine - manque de confiance en elle - se sent NUILLE !

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous