RTBFPasser au contenu

Exposition - Accueil

« Savoir Faire » ou la beauté du geste. Une expo collective à l’Iselp

« Savoir Faire » ou la beauté du geste. Une expo collective à l’Iselp

" La main est un des socles du monde " déclare lyriquement Laurent Courtens, co-curateur de l’exposition " Savoir faire " avec Pierre Arese.  Le sujet de cette exposition à l'Iselp, c’est le geste. Pas uniquement le geste au travail, mais le geste artistique. Comment les artistes viennent chercher des procédés, des gestes qui existent dans le quotidien et les " plissent " avec une interprétation personnelle. " L'art est le lieu où se croisent et s’hybrident les choses. " A travers les œuvres des huit artistes, il est question de travail, de transmission, de geste ancestral, de techniques et de critique sociale.

Olivia Hernaïz,  All About You
Olivia Hernaïz, All About You Xavier Ess

Les gestes du capitalisme spéculatif

Dès l’entrée de l’exposition, l’installation All About You de Olivia Hernaïz, nous convie à entrer dans une alcôve faites de rideaux imprimés de motifs de mains. Ils reprennent les gestes utilisés autrefois par les traders de la bourse de New-York, pour acheter ou vendre les actions. A l’intérieur, une chanson et une video diffusent les slogans des banques menacées lors de la crise de 2008. Une chaise de massage est à disposition pour se détendre face à l’emprise du capitalisme sur nos vies. Le profit les mains dans les poches, face aux gestes du travail jusqu’à épuisement dont nous parlent Pauline Pastry et Barbara Geraci.

Olivia Hernaïz,  All About You
Olivia Hernaïz, All About You Xavier Ess
Pauline Pastry
Pauline Pastry Xavier Ess

Comment l’art vient croiser la mémoire

Transmission d’une histoire - familiale mais innombrable - dans la video Les Filles de chez Moreau de Pauline Pastry : la fermeture et l’occupation d’usine lors de la désindustrialisation des années 70-80. Ici 722 jours d’occupation par des ouvrières du textile, dont la grand-mère de l’artiste. Un déclassement qui impacte aussi le vécu de l'artiste. Dans son installation Edelweiss, Barbara Geraci évoque la filiation avec son grand-père, immigré italien travaillant dans la sidérurgie. Il gardait sur lui une broderie représentant cette "immortelle". Des archives familiales cartographient cette généalogie ouvrière et des dessins de mains sur fond de trame millimétrée qui évoque la pratique académique du dessin et la structuration du travail industriel.

 Barbara Geraci, installation Edelweiss,
Barbara Geraci, installation Edelweiss, Xavier Ess
Camille Dufour, Critical Materials
Camille Dufour, Critical Materials Xavier Ess

l’histoire artistique imprégnée de l’acte technique 

La notion de matérialisme est à la base de la réflexion des deux curateurs : " l’idée que nous sommes pétris de matière et que c’est à partir des actes de transformation et de dialogue avec la matière que se génère le reste " explique Laurent Courtens. Dans l’installation Cordes Sensibles, Alice Pilastre explore les fondements du tissage, Hughes Dubuisson duplique des pierres de carrière en plâtre en utilisant la technique ancestrale du moule à pièces. Il obtient une précision des détails époustouflante. Camille Dufour utilise la gravure pour réaliser des installations et des performances. Elle a fait de l’affichage urbain avec des centaines de gravures. Pour Savoir Faire, elle évoque l’épuisement des ressources non-renouvelables avec Critical Materials.  Un morceau de matière fossile est gravé sur la plaque qui ne sera encrée qu’une seule fois. La gravure est tirée jusqu’à épuisement de l’encre, le motif disparaissant progressivement. Eric van Hove travaille avec des artisans du cuivre au Maroc et Hélène Moreau présente une grande installation, Le Bruit de l’échantillonneuse faite de différents matériaux façonnés avec des techniques traditionnelles et numériques à la fois. Le travail des matières, la conception, l’application des techniques sont au centre d’une œuvre faite de formes à la fonction ambiguë.

Camille Dufour, Critical Materials
Camille Dufour, Critical Materials
Hélène Moreau, Le Bruit de l’échantillonneuse 2021
Hélène Moreau, Le Bruit de l’échantillonneuse 2021 Xavier Ess

" Savoir Faire ", une exposition nostalgique ?

Pour Laurent Courtens, " dans cette exposition il y a une sensation de perte. Mais avec de multiples résurgences dont celle du geste et du métier. "  L’autre aspect qu’il pointe, c’est la résistance des pratiques artistiques "contre cette césure entre la main, la pensée et l’acte. Même dans les propositions les plus conceptuelles, il y a toujours une mise en œuvre. " Enfin, au niveau de la production, à côté de l’automatisation massive (l’expo se termine par une video de Pauline Pastry comparant les gestes ouvriers et un bras robotisé), " il y a par ailleurs, localement, des formes d’appropriation des outils, de la production, de la consommation qui passent par toutes les dynamiques du do-it-yourself et de la culture des makers. " Les pratiques artistiques participent à cette dynamique, tant via des artisans que des fablab.  

Dans cette logique, des interactions avec le public  sont proposées à divers moments : atelier d’initiation à la gravure, stage pour enfants, visite guidées par le curateurs, performances, podcasts et matinée autour de la culture Maker à Bruxelles.

 

Pauline Pastry, Prototypes 2017-2018
Pauline Pastry, Prototypes 2017-2018 Xavier Ess

En pratique :

Savoir Faire

Hughes Dubuisson, Camille Dufour, Barbara Geraci, Olivia HernaÏz, Hélène Moreau, Pauline Pastry, Alice Pilastre, Eric Van Hove

Du 15.10 au 11.12.2021

ISELP - 31, boulevard de Waterloo, 1000 Bruxelles

Mardi-samedi. Entrée libre.

Pauline Pastry, Prototypes 2017-2018
Pauline Pastry, Prototypes 2017-2018 Xavier Ess
Savoir Faire -exposition à l'ISELP 2021
Savoir Faire -exposition à l'ISELP 2021 © Tous droits réservés

Articles recommandés pour vous