RTBFPasser au contenu

Save my Soul

Save My Soul : Billy Stewart

Save My Soul

Billy Stewart

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

10 janv. 2022 à 12:455 min
Par Jean-Yves Louis
Billy STEWART
Billy STEWART Redferns – GAB Archive/Getty Images

C’est la voix la plus étonnante de la soul music, c’est aussi un destin tragique : Billy Stewart, pianiste, jazzman et chanteur de soul décédé en janvier 1970.

Né à Washington D.C. le 24 mars 1937, Billy Stewart va embrasser une carrière musicale très jeune ! Il chante dès ses 12 ans, monte un groupe avec ses frères puis rejoint le groupe local The Rainbows dans lequel officie la future star de la soul Don Covay. Le petit groupe The Rainbows lui offre deux rencontres : Marvin Gaye (alors jeune espoir de la musique noire américain) et surtout Bo Diddley qui décèle le talent musical de Billy Stewart.

Engagé d’abord chez Chess Records comme musicien de session, il part chez Okeh Records, où il enregistre avec le groupe The Marquees, petit groupe de Washington dans lequel chante Marvin Gaye. Retour chez Chess Records au début des sixties, et les premiers succès s’enchaînent rapidement. Billy Stewart devient le chanteur que l’on connaît, un chanteur au style particulier : des effets de voix jamais entendus à l’époque, il mélange à ses vocalises du scat, utilise des trilles, double ses paroles et part dans les aigus sans jamais faiblir.

 

Un de ses succès s’appelle ''Fat Boy'', c’est prémonitoire. Billy Stewart est très enrobé, et cela a des répercussions sur sa santé. Le diabète fait partie de son quotidien. Victime d’un accident de moto en 1969, il trouvera la mort l’année suivante, en 1970 dans un accident de voiture alors qu’il se rendait dans un club pour un concert.

 

Retour sur l’année 1966, Billy Stewart sort un album intitulé ''Unbelievable'', et le premier single est une reprise presque insolente du classique de George Gershwin ''Summertine'', dans lequel Billy Stewart va démontrer toute sa richesse vocale.

Loading...

Replongeons dans cette période bénie, entre sixties et seventies, une époque où les 45 tours se vendaient par millions, et parmi ces quantités astronomiques de galettes, des disques tantôt rares, tantôt introuvables, que les DJ’s de l’époque faisaient tourner dans les clubs branchés et spécialisés en soul music.

Réécoutez les séquences dans leur intégralité ici.

''Save My Soul'' avec Jean-Yves Louis, le lundi à 13h45 sur Classic 21 dans Lunch Around The Clock, en podcasting via classic21.be et les plateformes de téléchargement.

Sur le même sujet

09 mai 2022 à 11:45
4 min
02 mai 2022 à 11:45
5 min

Articles recommandés pour vous