RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde Afrique

Saray Khumalo : les leçons de vie de la première femme africaine à avoir conquis l’Everest

Saray Khumalo au sommet de l’Everest
29 juil. 2022 à 05:00 - mise à jour 29 juil. 2022 à 09:07Temps de lecture2 min
Par Valérie Hirsch

A 50 ans, Saray Khumalo a un horaire de ministre. Ce mardi, elle est arrivée en Tanzanie où elle va escalader le mont Meru (4565 mètres d’altitude) et le Kilimandjaro (5149 m). Il y a deux semaines, elle faisait l’ascension du Dewani, le point culminant de l’Alaska (6190 m). Entre les deux, elle a donné cinq discours de motivation dans des entreprises et une école de Soweto…

Cette Sud-Africaine née en Zambie, d’une famille originaire du Rwanda, vient de publier le récit de sa vie tumultueuse dans son autobiographie, "My Journey to the top of the World, and the life lessons I learnt along the way” ("Mon voyage au sommet du monde, et les leçons de vie que j’ai apprises en chemin", non traduit). Le 16 mai 2019, elle a été la première femme africaine à atteindre le sommet de l’Everest, après trois tentatives infructueuses, suite à deux tragédies (16 Sherpas tués dans une avalanche en 2014 et le tremblement de terre au Népal, en 2015) et une tempête en 2017 (elle a failli mourir dans "la zone de mort"…. à 99 mètres du sommet). Même son succès de 2019 a été assombri par la mort d’un membre de son équipe.

Élevée au Katanga par ses grands-parents, des missionnaires adventistes originaires du Rwanda, Saray aimait gravir une colline, derrière leur maison à Kipushi, pour rêver d’aventure. "Je me demandais ce que j’allais pouvoir découvrir du vaste monde, moi, petite fille noire". A 13 ans, elle rejoint sa maman en Zambie : "Après l’école, je me précipitais chez moi pour regarder des dessins animés avec des superhéros blancs. Je voulais aussi pouvoir sauver un jour le monde, même si je ne leur ressemblais pas !". Sa mère, qui a eu 7 filles, l’encourage. "Elle nous disait que 'le ciel était la seule limite'. Au Sommet de l’Everest, au-dessus des nuages, j’ai pensé à elle, en me disant que même le ciel n’était pas une limite !".

C’est pour changer la perception des Africains, et surtout des femmes africaines, que Khumalo s’est lancée dans une carrière de manager dans la finance en Afrique du Sud, puis, à 40 ans, dans l’alpinisme. "Je voulais donner plus de sens à ma vie", explique-t-elle. Son objectif : gravir les 7 plus hauts sommets de chaque continent et skié sur les 2 pôles. Un objectif presqu’accompli en six ans ! Il ne lui en reste plus que 2 sommets à faire et le pôle Nord. A chaque expédition, elle lève des fonds pour des projets dans l’éducation en Afrique du Sud, comme la construction de 4 bibliothèques dans des écoles rurales et une bibliothèque digitale à Soweto.

Cette femme d’une détermination à toute épreuve a dû surmonter bien des obstacles – notamment un grave accident de vélo en 2016, qui l’a laissée deux semaines dans le coma- pour devenir la "super héros" de ses rêves de jeunesse. En février, elle a quitté son poste de manager à Momentum (une compagnie sud africaine d’assurances) pour se consacrer à plein temps à son ONG ("Summits with a purpose"). Elle partage aussi son expérience dans des entreprises et auprès de jeunes, avec un message simple : "Nous avons chacun notre Everest à gravir, notre rêve personnel à accomplir". Elle forme aussi des guides de montagne et accompagne des groupes sur les sommets du continent. "Je veux changer l’image de l’Afrique et inspirer les jeunes pour qu’ils ne pensent plus qu’ils ne sont pas à la hauteur".

Sur le même sujet

Contre la malnutrition croissante en Afrique du Sud, des potagers urbains dans les écoles, héritage de Nelson Mandela

Monde Afrique

Articles recommandés pour vous