RTBFPasser au contenu

Tendances Première

Sapin artificiel ou sapin naturel ?

Sapin artificiel ou sapin naturel ?
06 déc. 2021 à 14:132 min
Par RTBF La Première

Entre un sapin artificiel ou naturel, quel est le choix le plus écoresponsable ? Mélanie Guisset, de #Melting.green, nous éclaire !

Selon des chercheurs anglais, la fête de Noël représente 650 kilos de CO2 émis par personne, un peu comme si chacun prenait un vol Paris-New York. C’est ce que nous apprend, entre bien d’autres choses, l’ouvrage Mon Noël écolo, de Julie Laussat, publié aux Editions Hachette.

De ces 650 kilos, 4% correspondent à la nourriture, 15% au trajet, 33% à l’éclairage des sapins et des décorations et 48% aux cadeaux. Le sapin n’est donc pas ce qui plombe le plus les émissions de CO2 de Noël, mais ces émissions ne sont pas la seule chose dont on doit tenir compte.

Sapin artificiel ?

Le sapin artificiel est dit à tort durable, car réutilisable. Or, il ne s’agit pas de sapins recyclables et on ne sait pas les faire disparaître.

Il faut savoir que le cycle de vie d’un sapin artificiel génère 8 kilos de CO2. Il est gardé en moyenne, dans le monde, 6 ans, alors qu’il faudrait le garder entre 15 et 20 ans pour rétablir son mauvais bilan carbone. Il est en effet composé de plastique, d’aluminium, de peinture toxique, de composés volatils, de microparticules de plomb…

Sapin naturel ?

Trois millions de sapins naturels sont vendus chaque année en Belgique. 80% des sapins produits en Belgique le sont pour l’exportation. Pas de panique : cette culture n’est pas basée sur le déboisement des forêts : on plante des sapins qu’on coupe après 5 à 10 ans.

Aujourd’hui, de nombreux pépiniéristes, producteurs et revendeurs se sont engagés à proposer des sapins écoresponsables.

Ainsi, Versus est un fleuriste alternatif et responsable à Bruxelles, qui livre à vélo, sur commande, des sapins bio. Versus travaille avec des producteurs qui font les choses bien : Plant your mood, une pépinière en ligne qui privilégie les plantes cultivées de manière plus responsable, ou Sapi Grange, à Anhée, qui vous propose aussi de choisir et couper votre sapin vous-même.

Pourquoi choisir un sapin bio ?

Un sapin bio n’est pas pollué par des herbicides, ni la terre dans laquelle il est planté. C’est important quand on sait qu’il reste souvent plus d’un mois dans notre maison. Il n’a pas non plus été traité avec des raccourcisseurs chimiques, pour modeler sa forme et sa croissance. Ni avec des insecticides pour éviter les maladies et autres ravageurs.

Au contraire, le sol a été couvert de trèfle blanc pour faciliter le désherbage, la pointe du sapin et les branches ont été pincées manuellement, on a utilisé des phytos naturels, des bandes fleuries pour éloigner les ravageurs.

En plus d’acheter un sapin qui ne polluera pas notre maison, il ne polluera pas non plus les sols, il n’abîmera pas la biodiversité.

L’acheter en pot pour le replanter après, c’est du greenwashing. Un sapin, en décembre, a besoin d’humidité et de froid. Si on le garde plus de 10 jours à l’intérieur, il y a 95% de risque qu’il meure en le replantant. Il vaut donc mieux acheter un sapin coupé, dont les racines vont se décomposer dans le sol et produire de l’humus.

Bref, si on choisit un sapin naturel, il faut le choisir belge, local, bio et coupé, résume Mélanie Guisset. Il y a aussi mille possibilités de créer soi-même son sapin avec des palettes, des branches, à décorer comme on le souhaite, pour diminuer ainsi son impact environnemental !


Mélanie Guisset vous en dit plus dans une petite vidéo réalisée avec l’auteure de Mon Noël écolo, Julie Laussat. A voir sur sa page instagram #Melting. green


 

Tendances Première : Les Tendanceurs

Sapin artificiel ou naturel ? Les conseils de Mélanie Guisset

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

08 déc. 2021 à 06:12
3 min
01 déc. 2021 à 10:29
5 min

Articles recommandés pour vous