RTBFPasser au contenu

Emission CQFD

"Si on n'avance pas dans la 5G, on complique la relance économique de la Belgique"

Le patron de Proximus, Guillaume Boutin

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

10 juin 2020 à 18:35 - mise à jour 11 juin 2020 à 08:352 min
Par Catherine Tonero

Le patron de Proximus, Guillaume Boutin, était l'invité de l'émission CQFD, en mode grand entretien ce mercredi. L'occasion de faire le point avec lui sur l'état du déploiement de la 5G en Belgique, mais aussi des connaissances en termes d'impact sanitaire et économique de cette nouvelle technologie.

"Un triple avantage"

La 5G, c'est la nouvelle génération des normes pour la téléphonie mobile. Guillaume Boutin recontextualise: "Il y a d'abord eu la 2G, qui a permis d'appeler tout le monde n'importe quand n'importe où, ensuite la 3G qui a marqué le début de l'internet mobile, permettant d'envoyer une photo, une vidéo, et puis la 4G qui a vu l'internet mobile se généraliser, avec aussi l'émergence des réseaux sociaux".

Pour le CEO de Proximis, la 5G offre trois avantages: "plus de vitesse et de capacité pour les usages internet de tous les jours et à venir; une technologie précise, sécurisée et réactive permettant le développement une nouvelle plateforme pour l'économie de demain [...] Enfin, une efficacité supérieure à la 4G. Puisque pour transporter le même nombre de données, la 5G est beaucoup moins énergivore, avec un impact environnemental positif à la clef", détaille Guillaume Boutin.

Impact sanitaire trop peu documenté

Des avantages loin d'éclipser la méfiance que suscite la 5G suscite au sein de la population. Pour certains spécialistes, pas besoin de la 5G, car tout fonctionne déjà avec la 4G. Mais surtout, on ne dispose toujours pas aujourd'hui de données scientifiques prouvant que cette technologie n'a aucun impact à terme sur la santé. C'est ce qui explique la réticence de nombreuses communes wallonnes qui ont suspendu le déploiement de la 5G qui y avait été initié.

Guillaume Boutin regrette que la Belgique ait pris ce retard comparativement à d'autres pays car, selon la vision du patron de Proximus, la croissance économique est directement corrélée à l'adoption des infrastructures numériques:

Le patron de Proximus, Guillaume Boutin

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Un double principe de précaution?

Puisque rien ne prouve l’absence de risques pour la santé, les anti-5G se prononcent en faveur du principe de précaution. Alors n'est-on pas en train de brûler des étapes, par rapport à des enjeux de santé toujours nébuleux? "Absolument pas", répond Guillaume Boutin qui assure que Proximus applique "un double principe de précaution": en respectant les recommandations du comité scientifique de l'OMS d'une part et celles des autorités belges d'autre part, faisant du pays l'un des plus strictes en matière de normes d'émissions.

 

CQFD

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Développement à géométrie variable

La 5G de Proximus a aujourd'hui été suspendue dans la plupart des communes wallonnes où elle avait été lancée, pour laisser la place à la consultation et à l'information. Un déploiement wallon "en attente", alors qu'en Flandre, Proximus continue à déployer sa 5G light. A Bruxelles par contre, les normes d'émissions sont trop strictes pour initier le déploiement de la technologie.

Un développement de la 5G à plusieurs vitesses dans le pays, cela ne fait pas sens. A cet égard, Guillaume Boutin rappelle qu'un comité d'experts indépendants doit objectiver le débat en Wallonie, "pour permettre à tout le monde de s'exprimer et répondre à toutes les inquiétudes". 
 

CQFD, Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h45 sur La Trois. L'entièreté de l'émission ci-dessous: